Plaidoyer pour une concertation régionale

Le maire de Shawinigan Michel Angers.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan Michel Angers.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Michel Angers, est maire de Shawinigan.

C'est avec énormément d'intérêt que j'ai lu l'éditorial de Martin Francoeur intitulé Urgent besoin de concertation dans le quotidien régional plus tôt cette semaine. Il a parfaitement raison sur toute la ligne!

Lorsque ce dernier mentionne que les libéraux ont aboli, il y a une douzaine d'années, le Conseil régional de développement (CRD) de la Mauricie pour le remplacer par la Conférence régionale des élus (CRE), j'étais aux premières loges des représentants de la société civile pour réclamer notre place autour de cette table de concertation.

Majoritairement, les élus de l'époque ont fait une place aux acteurs économiques de la Mauricie. J'étais fier d'en faire partie et quelque temps plus tard, nous avons créé le Forum de la société civile.

Nous étions la seule région du Québec à posséder cette importante structure de concertation!

Quand je suis arrivé au «pouvoir» comme maire de Shawinigan, je me suis toujours appliqué à garder des liens solides avec les acteurs socio-économiques. Je n'ai jamais hésité à favoriser les projets des MRC moins populeuses par souci d'équité et de solidarité régionale.

Même si en Mauricie, nous étions économiquement dans les derniers de classe, nous pouvions espérer un avenir meilleur car la CRE nous imposait ce nécessaire rassemblement de nos forces, tant stratégique que financier. Puis ce fut la fin...

Bien sûr, il y a la table des préfets qui travaille à mettre fin aux activités de la CRE et va s'appliquer à diviser les sommes disponibles, mais après? Nous avons reçu un vibrant appel de la société civile pour continuer le travail! Qu'avons nous fait, nous les élus, pour y donner suite? Pas grand-chose jusqu'à maintenant!

Pour maintenir une structure souple de concertation, ça prend un minimum de moyens financiers et c'est là que le bât blesse... On se regarde le nombril et on se dit qu'on ne veut pas payer pour ça! Je peux parfaitement comprendre les élus de réagir de cette façon car, il faut se le rappeler, c'est autour de 60 % qui aura été coupé dans les budgets attribués aux MRC.

Si d'autres régions du Québec ne voulaient plus de leur CRE, la Mauricie en avait cruellement besoin. L'argent consenti pour des projets régionaux structurants ne pouvait être divisé au prorata des populations. Il fallait être imaginatif!

Que nous reste-t-il maintenant? Se retirer chacun dans nos terres, se fermer à son voisin et tenter de tirer le meilleur parti de chaque situation en affirmant haut et fort qu'on fait tout ça au nom de nos citoyens?

Nous avons énormément de chemin à parcourir pour rejoindre les autres régions au niveau des indices socio-économiques et s'il nous reste un peu de jugement, nous allons tout faire pour travailler ensemble et éviter les guerres de clochers qui n'apportent pas vraiment grand-chose.

Je suis prêt de nouveau à y consacrer mes énergies. C'est un rendez vous à ne pas manquer!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer