Philippe Couillard est loin d'être féministe

Philippe Couillard, le premier ministre du Québec.... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Philippe Couillard, le premier ministre du Québec.

Photo Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le mot féministe est épicène: il a les deux genres. Et en voici la définition: quelqu'un «...qui travaille à assurer l'égalité des femmes et à leur épanouissement dans la société...».

Les féministes, hommes et femmes, agissent donc afin d'améliorer la condition et les droits des femmes dans notre société. Pas l'inverse!

Or, on sait qu'avec leurs mesures d'austérité, les libéraux ont fait beaucoup de tort aux femmes.

Dans Le Devoir du 25 avril 2015, Marie-Hélène Alarie a écrit à juste titre que: «Les femmes [contribueront...] 7 milliards de dollars de plus que les hommes à l'effort d'austérité» imposé par le gouvernement Couillard.

Et l'auteure Aurélie Lanctôt a bien eu raison d'intituler son essai sur les conséquences de l'austérité libérale ainsi: Les libéraux n'aiment pas les femmes.

En effet, depuis 2012, on constate que les femmes ne font pas partie des «vraies affaires» libérales. Pas étonnant alors que Couillard et compagnie s'en prennent à ce qui touche davantage les femmes: la santé, l'éducation, les garderies, etc.

Le 4 mars, Anne-Marie Dussault nous a révélé que la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, n'a pas voulu participer à une simple discussion sur l'état du féminisme à l'émission 24/60. Trouvez l'erreur! Les libéraux ont aussi refusé de participer au «Sommet des femmes» tenu les 3 et 4 mars.

Invitée à l'émission Deux hommes en or du 4 mars, Sophie Brochu, présidente et chef de la direction de Gaz Métro, a dit que «toute personne ayant une tête sur les épaules doit être féministe», et qu'on devrait être reconnaissant «envers les premières féministes qui nous ont précédées et tracé le chemin vers l'égalité des sexes».

Le 2 mars, quand une journaliste a demandé à Philippe Couillard s'il était féministe, il a refusé de répondre.

Il a bien fait: étant donné tout ce qu'il a fait subir aux femmes depuis 2012, Philippe Couillard aurait été bien malvenu de se prétendre féministe...

Lise Warren

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer