Prendre le pouls

Le ministre Martin Coiteux en compagnie du maire... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ministre Martin Coiteux en compagnie du maire de Shawinigan, Michel Angers, et de la ministre Julie Boulet.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors, monsieur le ministre Martin Coiteux, avez-vous réussi à diagnostiquer quoi que ce soit après être simplement venu «prendre le pouls» de la Mauricie mardi?

Avez-vous remarqué que ce pouls était irrégulier? Avez-vous décelé l'état d'angoisse dans lequel ce patient se trouve? Avez-vous remarqué les plaies ouvertes que l'on observe un peu partout sur le corps de ce patient?

Vous avez sans doute constaté aussi que ce patient souffrait d'un vieillissement accéléré. Et surtout, qu'il est rouge de partout, de Maskinongé à Champlain et de Trois-Rivières à Laviolette, en passant par Saint-Maurice.

Quoi? Vous ne lui avez rien prescrit? Pas même un petit cachet pour atténuer quelques-uns de ses maux?

Mais alors, à quoi pouvait bien servir cette visite médicale, monsieur le ministre?

Ah, je vois! Vous vouliez simplement consulter les deux principaux infirmiers auxiliaires qui prennent soin de la Mauricie. Ils sont bien gentils, monsieur le ministre, mais ils ne peuvent pas tout faire tout seuls...

Quelle étrange visite, quand même, que celle de Martin Coiteux mardi. L'invitation de presse envoyée aux différents médias mentionnait qu'il s'agissait d'une «annonce d'une aide financière accordée à la Ville de Shawinigan». Surprise pour les journalistes présents à l'hôtel de ville: pas un sou n'a été annoncé par le ministre.

C'était une conférence de presse où, finalement, il n'y avait rien à dire à part les politesses d'usage. Et un petit mot pour dire que la rencontre entre le maire Angers, le ministre Coiteux, la ministre Boulet et le député Giguère, avait été positive.

On se serait attendu à une annonce en lien avec le projet d'assainissement des eaux dans le secteur Lac-à-la-Tortue. Mais non. Faudra attendre encore, même si on devine que le dossier est bouclé et prêt pour annonce.

Peut-être a-t-on voulu attendre que soit passée la rencontre avec les citoyens, justement sur ce sujet, qui aura lieu lundi soir prochain? C'est fort possible.

Alors si la visite du ministre Coiteux n'était finalement que de nature privée pour rencontrer les maires et voir quels sont les principaux dossiers, pourquoi tenir une conférence de presse? Surtout, pourquoi appâter les journalistes avec une «annonce d'aide financière»?

Il y a visiblement eu du sable dans l'engrenage des communications du gouvernement.

À moins qu'on ait délibérément agi ainsi pour obtenir le plus d'espace médiatique possible? En sachant qu'il y aura sans doute, prochainement, une vraie grosse annonce pour l'assainissement des eaux?

Ou alors peut-être qu'on n'a pas expressément voulu cette situation, mais que finalement, puisque la convocation «erronée» était envoyée, aussi bien tirer profit de la situation. C'est quand même ordinaire.

La seule chose qui peut rassurer, dans toute cette histoire qui n'en est peut-être pas une, c'est que le nouveau ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire n'aura pas tardé à venir rencontrer les maires des deux principales villes de la Mauricie.

Espérons qu'il a pris des notes, parce que les dossiers en attente sont nombreux. Et certains, même s'ils ne sont pas directement reliés aux champs d'intervention d'un ministre des Affaires municipales, commencent à s'empoussiérer. Aussi bien que le plus grand nombre possible de ministres soient dans le coup pour espérer un coup de pouce gouvernemental.

Si ces annonces viennent, peut-être que le ministre Coiteux pourra passer le mot: une seule conférence de presse suffit. Et surtout, qu'on ait quelque chose de substantiel à dire ou à offrir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer