Déneigement et déglaçage: des correctifs souhaités

L'auteur, Gerald MacDonald, est tombé par terre sur...

Agrandir

L'auteur, Gerald MacDonald, est tombé par terre sur une chaussée glacée. Cela lui a causé de nombreuses ecchymoses, qui sont visibles sur la photo.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le mercredi le 26 février, j'ai glissé, je suis tombé, et je me suis frappé la tête sur la chaussée glacée. La glace n'était pas lisse, plutôt bosselée, cela a fait un «crac» dans ma tête. Cela m'a fait mal. C'était au coin de chez moi, dans un secteur résidentiel, une «rue blanche» à Shawinigan, là où l'administration a décidé d'entretenir selon leurs décisions «d'économiser». Donc une rue mal entretenue, glacée après le gel, et bien sûr, sans abrasif ni fondant. Certains pourront dire que j'ai été chanceux, je ne me suis rien cassé. Mais quand même, se fracasser la tête peut comporter certains risques, et ça fait encore mal.

En fait, j'écris ces lignes afin de tenter de sensibiliser la population face à un grave problème qui implique l'administration de notre Ville, et non pas pour trop me plaindre sur l'étendue de mon mal actuel. Car j'estime que, comme citoyens contribuables, nous méritons mieux que de nous faire aviser chaque année par cette administration qu'ils doivent faire des économies. On semble administrer que pour ça, et non pas pour rendre les services vitaux à la population.

Cette année on a décidé que la population n'avait pas besoin d'un réseau routier entretenu comme auparavant. Donc moins de fréquence de passage des équipements, en tout cas dans notre coin à Shawinigan-Sud, et probablement dans les autres secteurs, moins d'abrasifs, etc. Et que dire des équipements? Pour convenablement entretenir il faut des déneigeuses assez puissantes pour bien gratter, et des niveleuses pour aplanir les surfaces glacées. En fait des équipements que possède la Ville. Mais pourquoi est ce que tout ce que nous voyons dans notre secteur ce sont des camionnettes équipées d'une ou deux lames qui n'ont pas la puissance pour bien gratter? Sans doute que c'est parce que nos administrateurs, dans leur grande compétence, veulent «économiser», en accordant des contrats de sous-traitance à rabais, selon des devis inappropriés pour nos vrais besoins? Ce concept de «rues blanches» a été formulé par quel miracle? On remarquera que ces rues visées sont en grande parti dans des secteurs résidentiels, là où on paie beaucoup de taxes, mais là où nous ne recevons pas notre quote-part de services. C'est aussi simple que ça.

En quelque part, notre administration a jugé qu'elle administrerait pour économiser, sans se soucier de sa population et de ses vrais besoins, en ce cas-ci l'entretien hivernal efficace du réseau routier. Notre société base son fonctionnement sur la mobilité, et elle paie pour ça. Je vous dis donc d'aller économiser ailleurs. Et que dire des piétons? Et des personnes plus âgées et les autres citoyens, qui doivent sortir et marcher en sécurité? Et non, dans notre ville il semble que ces concepts ne tiennent pas! Faut il croire que notre maire et ses conseillers, appuyés par des administrateurs non élus qui semblent posséder les mêmes qualifications, n'ont pas la volonté ni la compétence pour prendre les décisions appropriées face aux besoins de la population, mais qu'ils veulent simplement «faire leurs économies»?

Monsieur le maire et messieurs et mesdames les conseillers, vous faites fausse route, vous ne nous rendez pas les services pour lesquels nous payons. Et il y a des mots pour décrire cela. Nous vous demandons d'apporter des correctifs, et le faire immédiatement, pas l'année prochaine. Et attendant il ne me reste qu'a soigner mon crâne abîmé et non pas ma raison, en espérant de ne plus glisser et tomber.

Gerald MacDonald

Secteur Shawinigan-Sud

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer