Pour nos enfants, nous voulons «le meilleur»

Lettre adressée à Claude Lessard, président de la Commission scolaire du... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre adressée à Claude Lessard, président de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy

Nous avons vu, dans Le Nouvelliste du 15 février 2016, la demande de M.Claude Lessard pour la tenue d'états généraux de l'éducation pour qu'ils débouchent sur la rédaction d'une politique nationale sur l'éducation afin d'établir, comme il le dit, une mission, une valeur et une vision.

C'est un énoncé intelligent et d'une profondeur souhaitée. Nous faisons aussi appel au ministère de l'Éducation, dans le but que le remaniement du système scolaire envisagé ne se limite pas aux structures administratives, mais aussi à l'enseignement donné, entre autres, dans le cours intitulé «Éthique et culture religieuse» (ECR).

Le cours ECR, dans son volet Religion, va à l'encontre de son objectif premier de non-confessionnalité et de laïcité. En plus, ce cours qui se devait d'être donné avec une optique historique, voire critique, est en fait une véritable propagande des religions qui sont placées sur le même pied d'égalité.

En 2015, le Mouvement laïque québécois (MLQ), l'Association des Humanistes, et le groupe Pour les droits des femmes (PDFQ) ont procédé à une étude exhaustive et pertinente du matériel pédagogique des différents manuels scolaires utilisés par les élèves.

Le volet Éthique de ce cours semble faire consensus et jouit d'une très bonne acceptabilité. Toutefois, la situation est tout autre pour ce qui est du volet Religion.

La matière enseignée porte préjudice aux athées et aux agnostiques. L'exclusion de personnes sans religion des contenus de ce programme ne reflète pas la réalité socioreligieuse actuelle et contrevient au droit à l'égalité.

Ainsi, le volet «culture religieuse» ne permet pas d'atteindre les objectifs du «vivre ensemble» initialement visés. Bien au contraire, il pousse au cloisonnement des individus dans des groupes identifiés par leurs religions.

Alors que la majorité des nouveaux arrivants ne demandent qu'à s'intégrer, le cours ECR pourrait les conduire au repli identitaire. Ce cours n'a pas mis fin au clivage religieux qui risque de s'amplifier. Il privilégie le communautarisme qui est bien connu pour être un terrain fertile favorisant une emprise faite par des extrémistes religieux. Ceci peut donc être un danger pour le «savoir-bien-vivre-ensemble» de la société québécoise.

Les enseignements offerts dans le cadre de ce cours viennent entacher le principe d'égalité des droits entre les sexes, valeur fondamentale de la société québécoise.

Nous avons interrogé des parents, enfants et professeurs. Tous aiment le volet «Éthique», mais ils déplorent le volet «Culture religieuse».

De plus, des enseignants se sentent mal à l'aise d'avoir à donner ce cours et des enfants non seulement n'aiment pas ce cours, ils souhaitent autre chose. Pour le bien de nos enfants, il faut enlever du cours ECR le volet «Culture religieuse».

Cette portion pourrait être avantageusement remplacée par une éducation à la philosophie pour les enfants et adolescents, ce qui a déjà été expérimenté avec succès. Cela comporte une réflexion sur les actualités, les valeurs humanitaires et universelles, pour devenir un bon citoyen autonome et responsable.

Nous souhaitons que votre commission scolaire, allant plus loin, fasse des interventions en ce sens auprès des autorités du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.

Andréa Richard,

écrivaine

Ghyslain Parent,

professeur titulaire au département des sciences de l'éducation de l'UQTR

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer