Ne soyons pas trop émotifs

Le géant québécois de la quincaillerie RONA a... (Le Nouvelliste, François Gervais)

Agrandir

Le géant québécois de la quincaillerie RONA a été acheté par Lowe's.

Le Nouvelliste, François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En marge de toutes les discussions et réactions à la suite de la vente de ce «joyau» québecois, il ne faudrait surtout pas perdre de vue quelques aspects importants de cette transaction. Premièrement, quelques-uns d'entre nous oublient un des principes les plus importants en affaires: l'émotivité. Aucun homme d'affaires n'a eu du succès quand il a fait passer l'émotivité devant le pragmatisme. Je crois que ceux qui pensent boycotter Rona, dans le futur, devraient penser quand même que plus de 22 000 personnes y gagnent leur vie et de cela une importante majorité de Québécois. Donc boycotter le nouveau Rona parce qu'il devient américain équivaut à nuire de façon importante à ces Québécois.

Deuxièmement, comme le mentionnait le président de Rona, il en était à gérer une décroissance de plus en plus néfaste pour le bien-être financier de cette compagnie. Aurait-il été plus sage de protéger cette compagnie et de soudainement voir apparaître Lowe's comme compétiteur et de voir à plus ou moins longue échéance une faillite ou une fermeture? Il faut de plus en plus se faire à l'idée que nous sommes dans une économie mondiale et que seulement les plus forts finiront par rester en vie.

Que nous reste-t-il alors? Je crois que bien au contraire nous devons continuer à soutenir comme à l'habitude cette compagnie et, de cette façon, prouver à Lowe's qu'elle a eu raison d'acheter une compagnie de plus en plus florissante et par le fait même contribuer à garantir les emplois de ces milliers de Québécois. Le contraire serait néfaste pour eux. Faire le contraire et boycotter ne ferait que faciliter la prise de décision de réduire les effectifs de Rona. J'entends aussi des commentaires négatifs sur le fait que les actionnaires s'en mettent plein les poches. À ma connaissance, Rona est une entreprise privée et à caractère profitable. Depuis quand est-ce illégal ou immoral au Québec de faire un profit?

Pour toutes ces raisons, je crois aussi que l'État n'a aucune raison de s'immiscer dans ce débat qui est purement privé. La Caisse de dépôt a joué son rôle d'investisseur dans cette compagnie et en sortira un bénéfice assez alléchant merci. On a tendance à oublier ce fait. Quand la Caisse perd, on grimpe dans les rideaux, alors on devrait se réjouir quand le contraire arrive. Je préfère de loin être associé a une compagnie forte - même si elle est américaine - que de vivre au jour le jour avec une compagnie qui semblait devenir moribonde ou en décroissance constante.

Jacques A. Dion

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer