Où sont les économies promises lors des fusions?

L'hôtel de ville de Shawinigan... (Sylvain Mayer)

Agrandir

L'hôtel de ville de Shawinigan

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

J'hésitais avant d'envoyer mon opinion, mais en parlant avec les gens, je me rends compte que je fais partie d'une grande cohorte de mécontents qui sont dans la même position et qui ne sont pas plus heureux. Je me fais donc le porte-parole de ces gens qui ne peuvent ou ont peur de s'exprimer.

J'étais un fervent défenseur des fusions municipales et me suis maintes fois prononcé sur le sujet, mais après dix ans, je me sens de moins en moins satisfait des résultats, car il semble bien que ce soit nous, les citoyens, qui en assumons les frais qui devaient au début du processus être moindres. Les taxes augmentent, mais les services diminuent.

Depuis quelques années, on ne déblaie même plus les rues; on nous fait taper la neige et ensuite on étend un abrasif. C'est inconcevable de voir que la 6e Avenue, l'artère commerciale et principale du secteur Grand-Mère, ne soit même pas déblayée, quatre ou cinq jours après une chute de neige, si petite soit-elle. On nettoie les trottoirs et on envoie la neige dans la rue, donc dans la section pour le stationnement. On se stationne péniblement, quand on le peut, mais on ne peut sortir du côté passager.

Où vont les surplus, qu'on engrange sûrement, pour le déblaiement de la neige qu'on ne fait plus depuis quelques années?

En moins de dix ans, mon évaluation municipale a grimpé de plus de 50 000 $ dont 14 100 $ cette année seulement, après avoir grimpé de plus de 21 000 $ en 2010. J'ai appelé Servitech pour contester, comme on nous invite à le faire dans la lettre qui accompagne le compte de taxes, mais ça n'a pas donné grand-chose. Ces gens ont tous les arguments... On m'a même dit que je devais être sous-évalué auparavant. Apparemment que les maisons se vendent bien, au prix des évaluations.

Pourtant, je connais des gens qui doivent sacrifier leur propriété bien en deçà, après avoir attendu plusieurs mois parce qu'elles s'en vont en résidence. On peut toujours demander une révision de l'évaluation mais il faut déposer de 75 $ à 1000 $ selon le montant de l'évaluation actuelle, sans garantie que ça changera quelque chose.

Dernièrement, je me suis rendu à l'hôtel de ville pour appuyer les gens d'une centrale syndicale qui manifestaient bien paisiblement pour que l'usine Nemaska Lithium vienne s'établir sur notre territoire.

On en est venu à parler des taxes en espérant qu'avec de nouvelles usines pour payer, on cessera de surtaxer les petits propriétaires. On en avait également contre la fameuse taxe de 39 $ pour les insectes piqueurs. Étant un adepte d'horticulture, je passe mes journées complètes à l'extérieur en été et je peux affirmer que des moustiques il n'y en a plus depuis quelques années.

Est-ce que le lobby des joueurs de golf est si fort pour qu'on doive nous imposer cela?

Je ne crois pas, comme veulent nous faire croire les évaluateurs, que la maison que j'ai achetée il y a 20 ans et qui a vieilli d'autant, et sur laquelle je ne fais que la maintenance nécessaire, pourrait se revendre maintenant deux fois plus cher que je l'ai payée. Contrairement à bien d'autres gens, je suis un de ces chanceux à profiter d'un plan de pension indexé au coût de la vie. Cette année, avec les augmentations de l'impôt et la taxe de vente du Québec, mon augmentation est de 2 $. Mais ma Ville vient me siphonner 18,21 $ d'augmentation de taxes, incluant bien sûr, un petit 3,25 $ pour les maringouins. C'est une aberration, mais c'est le résultat du pelletage dans la cour de l'autre que les gouvernements font.

Le fédéral pellette au provincial et le provincial au municipal et le municipal aux propriétaires.

Je crois avec raison, que nous pouvons à l'occasion avoir notre voyage, sans pour autant se faire taxer de se plaindre pour rien!

Gaston Bouffard

Secteur Grand-Mère

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer