Intimidation et déni de démocratie

Le site de l'ancienne papeterie Laurentide de Shawinigan... (François Gervais)

Agrandir

Le site de l'ancienne papeterie Laurentide de Shawinigan est l'endroit que Nemaska Lithium a choisi pour s'implanter à Shawinigan.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Shawinigan aura son usine de lithium! Cette victoire en aura réjoui plus d'un. En revanche, elle laissera un goût amer aux défenseurs de la liberté d'expression et aux citoyens à la recherche d'informations.

Désormais, en gardant en mémoire les effets découlant du dernier registre, il en faudra du courage pour répéter cette démarche démocratique.

Le traitement révoltant subi par les signataires du registre - un traitement qui n'a pas encore été dénoncé énergiquement par les élus - risquent d'affecter de façon significative l'action citoyenne ainsi que la participation à la vie de la Cité.

Ce désengagement et cette démobilisation, il est permis de le penser, pourraient probablement en arranger plus d'un.

Personne ne voudra revivre la haine, les insultes voire les menaces de mort subies par les signataires du registre.

Victimes de grossiers personnages cachés le plus souvent derrière leur anonymat, ces derniers en profitent pour répandre leurs préjugés et déverser leur fiel sur des personnes qui défendent leur qualité de vie, l'acceptabilité sociale des projets et qui, plus souvent qu'autrement, réclament davantage d'informations.

Et c'est sans oublier les attitudes de discrimination et de ségrégation à l'encontre des personnes âgées. Un processus de plus en plus toléré et utilisé qui s'apparente à celui du racisme et du sexisme.

Que dire maintenant de la présence d'un attroupement à proximité de l'hôtel de ville obligeant les signataires, s'apparentant à des scabs, à traverser par l'allée centrale ce qui ressemblait à une ligne de piquetage.

Face à cet attroupement organisé, combien de personnes craignant les invectives et les brimades se sont vues dans l'obligation de rebrousser chemin? Est-ce ainsi que l'on souhaite que les choses se passent?

D'aucuns qualifieront avec raison cette présence organisée d'intimidation alors que d'autres la qualifieront de déni de démocratie.

Pour l'avenir, ne serait-il pas approprié que la Ville, dans le cadre de l'exercice d'un droit démocratique:

a) adopte pour les journées de signature du registre ou des référendums des dispositions s'inspirant de la Loi électorale visant à interdire sur les terrains de l'hôtel de ville toute manifestation ou tout attroupement, ce qui permettrait aux citoyens d'exercer leur droit en toute liberté et sérénité;

b) fournisse sans délai l'accompagnement et le soutien aux deux victimes d'ostracisme, de harcèlement et de menaces.

Ces mesures pourraient être similaires à celles imposées en période électorale.

Autrement, si rien n'est fait, la loi du plus fort et du plus organisé s'imposera. La démocratie est bien trop fragile pour que nous n'y fassions pas attention!

Claude Gélinas

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer