Des propos déplorables

Le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada vise... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada vise à transporter 1,1 million de barils de pétrole brut par jour provenant des sables bitumineux de l'Alberta vers les raffineries de l'est du pays et le Nouveau-Brunswick.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le projet d'oléoduc Énergie Est soulève décidément les passions par les temps qui courent. Si un front commun des municipalités semble vouloir prendre forme au Québec, notre région fera visiblement bande à part.

Yvon Deshaies... (Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

Yvon Deshaies

Stéphane Lessard

En ce sens, le maire Deshaies, qui préside aux destinées de la belle Louiseville, y est allé d'une perle dont lui seul a le secret cette semaine.

En parlant des citoyens - ses citoyens - inquiets de l'éventuel passage de l'oléoduc sur leur territoire, celui-ci, comme le rapportait TVA, s'est fendu de la tirade suivante: «Les gens verts je n'ai rien contre. Toutefois si c'était ces gens qui gouvernaient nous n'aurions ni avions, ni autos. On en serait encore au train à vapeur».

L'apôtre régional de la peine de mort comme mesure économique et défenseur de la prière en séances de conseil municipal s'érige donc en chantre du progrès. Vraiment? Si la chose n'était pas si triste, on pourrait presque en rire...Or il n'y a pas matière à blague, ni à l'absurde d'ailleurs.

Les «gens verts», comme le bon maire se plaît à caricaturer ses commettants, fondent leur inquiétude sur une lourde preuve scientifique, qui elle, ne fait pas dans le raccourci intellectuel.

Notre progressiste élu sait-il au moins que la rivière du Loup qui traverse sa ville a été répertoriée par plusieurs experts comme une des plus à risque de glissements de terrain étant donné la nature instable des sols sur notre territoire (on pourra entre autres consulter le document d'analyse de risques rédigé par la firme Golder Associates, cité par plusieurs médias)?

Sait-il aussi qu'un déversement de pétrole chez lui, même de faible envergure, pourrait avoir des conséquences irréversibles sur le lac Saint-Pierre, lac dont monsieur le maire devrait se faire le plus ardent défenseur (ici c'est du côté de l'UNESCO qu'il faudrait se tourner pour prendre la pleine mesure de nos responsabilités)?

Qu'importe, pour Yvon Deshaies, comme pour son visionnaire acolyte de Trois-Rivières, pareilles considérations ne doivent pas prendre le pas sur un très hypothétique développement économique (la preuve reste à faire). Notre région n'en a pas les moyens. Dommage.

Dommage aussi que se vendre au plus offrant ne soit proscrit par le Code criminel qu'en certaines circonstances.

Sébastien Houle

Saint-Élie-de-Caxton

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer