Loto-Québec: ma confiance s'émousse

Les tirages de Loto-Québec seront désormais réalisés par... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Les tirages de Loto-Québec seront désormais réalisés par un ordinateur générateur de nombres aléatoires.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Loto-Québec remplace les bouliers par des ordinateurs. Voici de quelle façon la nouvelle a été annoncée: «Loto-Québec annonce qu'elle passera des bouliers à l'ordinateur pour l'ensemble de ses loteries à compter du 1er février. Les tirages électroniques seront réalisés par un ordinateur générateur de nombres aléatoires. Les loteries pancanadiennes comme le Lotto 6/49 et le Lotto Max continueront d'avoir recours au système traditionnel des bouliers. Cette opération fera économiser un demi-million de dollars par année.»

Sous le prétexte probable d'économiser, Loto-Québec se fiera désormais au merveilleux monde de l'informatique pour tirer ses numéros de tirages.

Désolé mais ça me fait peur! On connaît la précision et la rapidité des ordinateurs, d'accord. On connaît aussi la facilité avec laquelle des forts en maths déjouent les systèmes de sécurité du monde informatique: que ce soit comptes bancaires, cartes de crédit ou autres. On nous dira que des millions et des millions de chiffres défileront à chaque seconde, et on aura raison, sauf que ça ne veut rien dire. Comme exemple, supposons qu'on trouve votre empreinte digitale sur la scène d'un crime; si vous êtes fiché, le logiciel compare votre empreinte à 125 millions d'autres empreintes par seconde et arrête illico sur la vôtre. D'une extrême précision! À cette vitesse, on ferait le tour de tous les habitants de cette planète assez rapidement.

J'en arrive donc à la conclusion qu'un brillant en informatique pourrait faire arrêter le système sur un chiffre choisi d'avance, même s'il en défilait des millions par seconde. Ou en choisir six ou sept, à la rigueur, selon le billet choisi. On pourrait aussi éliminer certains billets vendus pour ne pas avoir de gagnants une certaine semaine, augmentant de facto la cagnotte suivante.

Bien sûr, tout ceci n'est que de la théorie, et connaissant l'être humain ça n'arrivera pas...

Reste que le système un peu plus dispendieux des bouliers méritait notre confiance: des boules mesurées, pesées et vérifiées; des vérificateurs externes compétents et indépendants; et le hasard qui faisait son travail.

Je doute que le nouveau système soit autant à l'abri de tout soupçon: ma confiance s'émousse!

Jean-Pierre Vallée

Trois-Rivières

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer