Le massacre annoncé

Les installations de l'oléoduc Keystone de TransCanada à... (PC, Jeff McIntosh)

Agrandir

Les installations de l'oléoduc Keystone de TransCanada à Hardisty, en Alberta.

PC, Jeff McIntosh

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

TransCanada veut labourer le Québec pour y passer son pipeline. D'autres veulent trouer l'île d'Anticosti avec des puits de pétrole, détruisant en bonne partie un de nos joyaux. Tout ce monde veut faire de l'argent comme si la vie en était le sous-produit. Mais certains principes, éthérés peut-être, sont immuables. Le premier est évident: l'économie n'existe pas sans la vie. Principe no. 2: l'économie n'est qu'un accessoire de la vie. La vie ne lui est donc pas subordonnée. Mais certains sont assez myopes pour donner priorité à l'argent quelles que soient les conséquences sur la vie. Remarquez que je ne crache pas sur l'argent mais il y a des limites.

Ce pipeline de TransCanada franchirait ruisseaux et rivières, lacs et fleuve Saint-Laurent pour aboutir à une raffinerie dans les Maritimes. Il est absolument certain qu'il y aura des fuites de pétrole un jour ou l'autre. Qui, chez TransCanada, se soucie de la faune et de la flore, des hommes et des femmes et même des animaux qui s'abreuvent à ces cours d'eau, qui pompent l'eau des nappes phréatiques qui, à coup sûr, seront souillés par le pétrole qui fuira tôt ou tard de l'oléoduc? Regardez agir les Conservateurs, ces travestis du Reform Party qui, au mépris de la vie, défendent les pétrolières. Ce sont ces mêmes supposés Conservateurs qui ne croient ni à la science ni aux changements climatiques. Sommes-nous devenus assez timorés pour laisser charcuter notre territoire, enfouir un pipeline sous une cinquantaine de nos rivières par une compagnie qui sait d'avance que le pétrole fuira un jour ou l'autre malgré ses prétentions contraires? Il y a toujours des fuites tôt ou tard dans ce genre de bidule.

Je trouve que les autorités locales et régionales sont bien silencieuses devant cette menace réelle. TransCanada se comporte en squatteur. Devant l'inévitable, il faut imposer à cette compagnie des normes de sécurité sévères qui, si elles ne sont pas respectées, permettraient au Québec ou au fédéral de fermer la valve jusqu'à ce qu'elles le soient. Également, les retombées économiques doivent être améliorées car notre territoire c'est notre butin comme dirait Maurice Duplessis. Nous ne sommes pas plus idiots que les Albertains mais nous sommes beaucoup plus intelligents que les transgenres de la politique que sont les Conservateurs. Même Joe Clark ne veut pas être associé à eux.

Pour en revenir aux pipelines, quel en sera le tracé? Passera-t-il dans votre salon? Personne ne le sait.

Serge Gagnon

Louiseville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer