Une démarche légitime

Le projet Nemaska sur le site de l'ancienne... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le projet Nemaska sur le site de l'ancienne papeterie Laurentide.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dans un avis public de la Ville de Shawinigan publié le 6 janvier dernier, on donnait aux citoyens qui le désirent la possibilité de signer une demande d'approbation référendaire concernant un changement de zonage (nouvel usage: industrie lourde) sur le site de Produits forestiers Résolu, secteur Grand-Mère.

Nous avons inscrit notre nom pour la tenue de registre pour les raisons suivantes: nous éprouvions beaucoup d'inquiétude sur le genre d'exploitation projeté, soit la transformation du lithium, et en redoutions l'impact environnemental (type de minerai traité, produits chimiques utilisés, pollution de l'air et de l'eau, bruit et utilisation intensive de la voie ferrée, entre autres pour le transport de matières dangereuses).

De plus, nous estimions qu'une implantation industrielle de cette envergure convenait davantage à un parc industriel, loin des habitations et de la rivière Saint-Maurice. De nos jours, les plans d'urbanisme en matière d'implantation industrielle tiennent généralement compte de ces facteurs.

Les autres personnes qui ont signé en vue de la tenue de registre partageaient les mêmes préoccupations.

Nous avons toujours insisté pour dire que nous étions pour le développement économique et la création d'emplois. Nous n'étions pas opposés à la venue de Nemaska Lithium dans notre municipalité, mais nous nous interrogions sur le choix de l'emplacement pour les raisons mentionnées plus haut.

Après avoir soumis, le 14 janvier, à la Ville de Shawinigan la liste des cinquante personnes qui demandent la tenue d'un registre, il aurait été bien avisé que la Ville organise une séance d'information afin de répondre aux inquiétudes des gens concernés. L'importance de l'enjeu justifiait amplement la tenue d'une telle rencontre.

Or, le court délai pour se prononcer par registre (1er février) ne permet pas aux citoyens d'obtenir l'information pertinente. Si cette rencontre avait eu lieu, on aurait pu éviter que la situation dégénère à ce point pour tous les intervenants.

La tenue de registre est un mécanisme qui devrait permettre aux citoyens de se prononcer de façon démocratique et éclairée sur les enjeux qui les touchent.

Notre démarche a été faite de bonne foi et ouvertement. Dans les circonstances, nous déplorons la campagne de dénigrement et d'intimidation visant à contrer la signature du registre.

Bernard Soucy

Hélène Bellemare

Shawinigan

Secteur Grand-Mère

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer