Informations sur la fluoration et étude biaisée

La fluoration de l'eau à Trois-Rivières ne fait...

Agrandir

La fluoration de l'eau à Trois-Rivières ne fait pas l'unanimité.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dans sa dernière lettre d'opinion parue dans Le Nouvelliste du 31 décembre, la directrice de la Santé publique de la Mauricie-Centre-du-Québec rappelle son rôle de mettre en lumière les faits et l'argumentaire scientifique de façon à fournir des informations claires, justes et pertinentes pour la population... Mais elle se garde bien d'expliquer à la population que:

1-La fluoration est un danger pour notre santé: la science récente montre que le fluorure est une neurotoxine qui endommage le cerveau en développement et un perturbateur endocrinien qui affecte la fonction thyroïdienne. Les neurotoxines et les perturbateurs endocriniens n'ont tout simplement pas de place dans notre eau potable. 

2- La fluoration est inutile : contrairement au chlore, les fluorures ne traitent pas l'eau pour la rendre potable. Ils sont ajoutés dans le seul but de réduire prétendument la carie dentaire. Mais les fluorures sont facilement disponibles dans le dentifrice et autres produits dentaires, donc il n'y a pas lieu de forcer toute une population à ingurgiter de l'eau artificiellement fluorée.

3- La fluoration viole nos droits: l'approvisionnement public en eau avec un médicament viole le droit à un consentement éclairé. Aucun autre médicament n'est ajouté à l'eau et il n'y a aucune raison de faire une exception pour le fluorure. 

4- La fluoration est inefficace: le principal avantage des fluorures proviendrait de l'application topique et non par son ingestion. Il n'y a donc aucun avantage significatif de l'avaler. La grande majorité des pays industrialisés ne fluorent pas leur eau et leur taux de carie dentaire est tout aussi bas que les nations fortement fluorées tel que les États-Unis. 

5- Les produits chimiques de fluoration contaminent nos aliments: ils sont des déchets industriels (acide fluorosilicique) de l'industrie des engrais phosphatés. Une fois qu'ils sont ajoutés à l'eau publique, non seulement ils contaminent chaque verre d'eau du robinet que nous buvons, mais tous les produits alimentaires et des boissons faites avec cette eau.

L'acceptabilité sociale est une des conditions sine qua non du rapport de la Commission parlementaire d'avril 2013 et on n'en tient pas compte à Trois-Rivières, car près de 17 000 citoyens ayant signé la pétition de la CTETS s'y opposent fermement. 

Il y a des moyens beaucoup plus sûrs et moins intrusifs pour la protection de la santé dentaire que la fluoration de masse de notre eau et de notre nourriture.

La directrice de la Santé publique annonce une nouvelle étude qui vise à démontrer l'efficacité de la fluoration dans un contexte contemporain, mais elle n'informe pas la population que cela se fera sur le dos des enfants trifluviens cobayes qui se verront imposer de l'eau fluorée artificiellement avec des produits toxiques impropres à la consommation humaine et ce, sans égard à plusieurs règles du code d'éthique des médecins et des dentistes. 

Quels sont les intérêts financiers et autres qui motivent tant les autorités du MSSS à poursuivre ce programme nocif et absurde qui sévit depuis trop longtemps au Québec ?

Marcel Genest

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer