Prévention versus fluoration: incohérence

Quelle est la réelle motivation du gouvernement Couillard... (Émilie O'Connor)

Agrandir

Quelle est la réelle motivation du gouvernement Couillard pour tant vouloir nous fluorer?

Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Difficile de s'habituer aux incohérences du gouvernement Couillard malgré leur répétitivité. Exemple: il coupe d'une main dans le budget d'organismes comme COMSEP et Carrefour Jeunesse Emploi qui, depuis des années, ont amplement démontré leur efficacité pour mettre jeunes et adultes sur le marché du travail, notamment par l'alphabétisation et la lutte au décrochage scolaire, et de l'autre main il coupe aveuglément dans l'assistance sociale sous prétexte de mettre les gens au travail.

Il coupe drastiquement en éducation, depuis les CPE jusqu'aux universités, et ignore que ceci compromettra l'employabilité future de notre jeunesse. Aucune vision à long terme!

Idem en santé. On apprend que des services à domicile pour les personnes âgées seront coupés à certains endroits. Le ministre Barrette s'en défend en affirmant qu'aucune directive n'a été donnée en ce sens, comme si les coupes de millions n'allaient pas avoir de répercussions sur divers services à la population. Hypocrisie crasse!  

Et il se surpasse toujours le Liberal Government of Quebec! Sa dernière trouvaille en fait d'incongruité: couper un million (le tiers des effectifs) dans le budget de prévention de la carie dentaire par les dentistes, surtout auprès des enfants et des aînés.

Un million, c'est ce qu'aura coûté la fluoration de l'eau de Trois-Rivières, présumément pour prévenir la carie dentaire... chez les enfants et les aînés trifluviens. Et c'est quelque 300 millions que coûterait le programme québécois de fluoration. Et ça vient grignoter un petit million du côté de la prévention que font les dentistes! 

On s'attendrait à une protestation du président Dolman de l'Ordre des dentistes et de la directrice Goupil-Sormany de la DSP, ces deux promoteurs de la fluoration qui considèrent respectivement les opposants à la fluoration comme des «enfirouapés» qu'on peut berner facilement et des ignorants «mal informés».

J'ai beau chercher, je ne trouve aucune dénonciation publique de leur part contre cette décision aberrante, laquelle devrait pourtant les titiller fortement, eux qui ont manipulé l'opinion publique avec leurs images de dentition pourrie d'enfants et de vieillards pour nous convaincre que la fluoration serait la panacée unique contre ce fléau. 

De deux choses l'une. Oubedon la santé bucco-dentaire des Québécois-e-s est si  excellente que le gouvernement considère inutile d'investir en prévention, et l'on se demande pourquoi il gaspillerait nos impôts pour imposer la fluoration à toute une population. Oubedon il se fout complètement de notre santé bucco-dentaire et la question se pose avec plus d'acuité: quelle est sa réelle motivation pour tant vouloir nous fluorer? 

Mais au chapitre de l'incohérence fluoromaniaque, personne n'arrive à la cheville du maire Lévesque qui, après avoir déclaré n'y connaître rien et que la décision ne lui revenait pas, s'est empressé d'en prendre la décision tout en refusant d'en rendre compte aux citoyens même s'il déclare être redevable à la population. Dur à battre, n'est-ce pas, surtout lorsqu'il traite les opposants de «fanatiques» qui «signent n'importe quoi»! 

Parlant mairie, dans Le Trifluvien, on apprend que «le conseil est à l'écoute des citoyens». Six élèves avaient eu l'excellente idée de demander l'interdiction de fumer  dans certains parcs; victoire, le conseil les considère comme représentatifs puisqu'il en a tenu compte. 

Il considérera peut-être aussi comme représentatifs plus de 16 500 signataires de la pétition citoyenne pour une eau saine sans fluorure ajouté, question de représenter les citoyens plutôt que de leur imposer ce «traitement médical collectif» (définition par la Cour Suprême) inutile, nuisible et illégal.

Après tout, si Montréal, avec ses quelques millions d'habitants, considère officiellement une pétition de 10 000 signataires comme étant significative, 16 500 adultes sur quelque 100 000 électeurs doivent bien signifier quelque chose! Le conseil ferait ainsi honneur à l'organigramme de notre ville qui inscrit la population au-dessus de toute instance administrative municipale, incluant le maire et le conseil. 

Robert Duchesne

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer