«Ne tuons pas la beauté du monde»

On l'a dit, chanté... et pleuré avec ce... (Olivier Croteau)

Agrandir

On l'a dit, chanté... et pleuré avec ce départ tragique de la belle Cédrika. Imprimés dans nos coeurs, ses yeux scintillants et son sourire plein de soleil demeureront vivants et vivifiants.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

On l'a dit, chanté... et pleuré avec ce départ tragique de la belle Cédrika. Imprimés dans nos coeurs, ses yeux scintillants et son sourire plein de soleil demeureront vivants et vivifiants. Nous la serrons encore dans nos bras.

J'ai aussi l'image bouleversante de l'enfant mort sur une plage, roulé et livré par la mer et la méchanceté d'un pays en guerre. « J'ai mal à la terre, aux océans» (Vigneault) et moi... aux enfants privés de soins, d'amour, d'espoir et de rêves.

J'ai le souvenir troublant d'enfants brûlés à Hiroshima, d'enfants abattus, mutilés, abusés ici et ailleurs, marqués au fer rouge à vie. Ces événements et images insupportables s'enfoncent avec la peine extrême, dans nos coeurs, dans nos mémoires, car on assassine des petits anges et l'espoir de demain. La souffrance n'a pas de fin parce que la méchanceté n'a pas de limite. 

Celui qui n'a pas de douleur est sans amour!

Tant de gaspillages, verbillages dans l'éphémère et la violence au quotidien, comment en comprendre le sens et trouver des valeurs profondes véhiculées, espérant un beau jardin de paix et de mieux-être pour ceux qui viendront après nous.

Les urgences planétaires débordent de pollutions, de tueries, hurlements, massacres et de larmes de sang. Pourtant, se multiplient les enquêtes, les commissions et conférences au sommet pour préserver les valeurs universelles et sauver la planète afin d'atteindre une vie meilleure. Mais vivons-nous dans un monde plus cruel que des bêtes? À l'ère du comique, bactériologique et atomique...

À l'heure des promesses amnésiques des gouvernements et des tragédies terroristes s'infiltre sournoisement le diabolique. Alors... peut-on avoir foi que se réaliseront avec intégrité leurs analyses savantes, leurs conclusions parfois déconcertantes et leurs références salutaires? Le coeur a besoin de savoir et d'approfondir. Alors comment s'ajuster si jour après jour l'enfance est assassinée, si on enlève les petits à leur mère, si on usurpe à l'être humain sa capacité d'évoluer, sa dignité, sa liberté, ses droits à la justice pour faire triompher la vérité, l'espoir et la charité?

J'ai enseigné à mes enfants de vivre simplement les 3 B: le Beau, le Bien et le Bon pour une paix durable. Je pense que ces jeunes croient davantage que nous aux qualités profondes de solidarité, d'humanisme partagé en union spirituelle tout autour de l'Amour, au service de l'amour parce qu'il y a urgence mondiale. Le coeur soupire à l'excès de souffrances dont la Terre et les êtres humains débordent. L'âme déchirée pleure en silence les agneaux sacrifiés.

En cette veille de Noël où les coeurs cherchent la chaleur de l'amour partagé, il serait bon d'allumer les bougies de l'espérance, d'ouvrir nos coeurs pour traverser la porte de la miséricorde où nous attend l'Amour absolu, compatissant, magnanime de ses grâces, et l'indicible paix... touchant le miracle. 

«Ne tuons pas la beauté du monde...»

Pour que les lendemains chantent!

Diane Côté-Soleil

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer