Saint-Mathieu-du-Parc et les frais supralocaux

Il est peu probable que les citoyens des... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Il est peu probable que les citoyens des municipalités périphériques à Shawinigan profitent malicieusement et à bas coûts de services offerts et défrayés en grande partie par les citoyens de Shawinigan.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le projet, reporté pour l'instant, de la Ville de Shawinigan de récupérer une partie des coûts défrayés par ses citoyens pour supporter des services utilisés par les citoyens des municipalités avoisinantes a fait couler beaucoup d'encre depuis quelques semaines.

Et pour cause. Les frais potentiellement imposés aux municipalités périphériques à la Ville de Shawinigan sont des sommes importantes. Au-delà des arguments souvent avancés par les opposants, il n'en demeure pas moins que le problème soulevé par le maire de Shawinigan, est un problème bien réel, qui ne s'estompera pas de lui-même et qu'il faudra régler un jour ou l'autre, d'autant plus que les municipalités visées sont en plein développement, ce qui ne fera qu'accentuer ce déséquilibre dans le futur.

Il est peu probable que les citoyens des municipalités périphériques à Shawinigan profitent malicieusement et à bas coûts de services offerts et défrayés en grande partie par les citoyens de Shawinigan. Il ne fait aucun doute pour eux que la Ville de Shawinigan constitue le centre de gravité économique et culturel de la sous-région mauricienne dite du grand Shawinigan (25 % de la population de la Mauricie). C'est là une évidence !

Il faut réfléchir collectivement sur les avenues possibles pour trouver une solution gagnante-gagnante pour les acteurs concernés en limitant les retombées négatives : commerces, solidarité régionale, achalandage aux activités culturelles, etc. Comme le diable est dans les détails, il faudrait que tous aient accès à l'étude commandée par la Ville de Shawinigan auprès de la firme RCGT. Pourquoi ne pas la rendre disponible sur le portail de la ville centre.

On devra trouver, entre autres, une ou des solutions qui soient adaptées aux différentes municipalités qui présentent des profils socioéconomiques différentes une de l'autre. Pour Saint-Mathieu-du-Parc, par exemple, je me demande bien de quelle manière on pourra, en toute équité, répartir le montant proposé entre les 2000 résidents saisonniers qui ne sont résidents qu'en période estivale et qui de toute évidence ne sont pas des utilisateurs des services offerts par la Ville de Shawinigan ?

Est-ce que les 1400 résidents permanents dont la moyenne d'âge est de plus de 51 ans consomment vraiment pour 26 000 $ de sports et loisirs sur le bras des citoyens de la Ville de Shawinigan? Permettez-moi d'en douter! N'oublions pas que 65 % des travailleurs de Saint-Mathieu-du-Parc travaillent à Shawinigan, avec tout ce que cela implique de retombées économiques. De plus, on devra s'assurer du juste coût des services offerts ! Un droit de regard s'impose. Cette question est de grande importance et ouvre la voie à une gestion commune desdits frais. Une régie? Le modèle reste à développer !

Pour maintenir une bonne santé économique, la Ville de Shawinigan a besoin de la collaboration des municipalités limitrophes, et ces dernières ont besoin d'un centre régional culturel et économique fort comme celui offert par la Ville de Shawinigan pour soutenir leur propre développement.

Nous sommes pris dans une dialectique qui nous oblige à trouver une solution commune. Il est à souhaiter que la démarche proposée par le maire Angers, ou une autre, celle du député Pierre Giguère, permettra de cheminer harmonieusement en ce sens. Car c'est en travaillant ensemble que nous trouverons une solution juste pour tous!

Pierre Bertrand

Saint-Mathieu-du-Parc

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer