Notre but: l'équité

Michel Angers, maire de Shawinigan... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Michel Angers, maire de Shawinigan

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Michel Angers, est le maire de Shawinigan.

Le 20 octobre dernier, j'ai rencontré les maires des neuf villes voisines de Shawinigan. Avec une totale transparence, je leur ai remis les résultats de l'étude que nous avons commandée à Raymond Chabot Grant Thornton sur les coûts des activités de loisir. C'est exactement la même étude, avec la même méthodologie, que celle commandée par Victoriaville en 2011.

Avec beaucoup de transparence, nous avons constaté ensemble que 4 % des utilisateurs de notre offre de services en loisir, ce sont des citoyens de leur municipalité. Nous avons aussi constaté ensemble que les tarifs chargés aux utilisateurs non résidents ne représentent pas le juste coût de ces services.

Le 20 octobre dernier, j'ai invité les maires des neuf villes voisines à réfléchir et à entreprendre un dialogue basé sur des faits. J'ai invité les maires à soutenir, avec nous, les équipements supralocaux qui sont utilisés par les citoyens de leur municipalité en payant le juste prix des activités au même niveau que les citoyens de notre municipalité.

Shawinigan s'inscrit dans une démarche déjà entreprise par plusieurs villes-centres du Québec. Victoriaville l'a fait en 2011. Sorel-Tracy et Mont-Joli viennent de le faire. Lac-Édouard et La Bostonnais font la même chose à La Tuque. Drummondville est sur le point de conclure une entente. Et mon collègue Yvon Deshaies de Louiseville est très intéressé par cette démarche.

Tous les maires présents comprenaient le bien-fondé de notre démarche. Ils sont d'accord avec le principe, mais ils préfèrent ne pas soutenir collectivement les activités de loisir de leurs jeunes en adoptant l'attitude de l'utilisateur-payeur.

Je veux toutefois saluer particulièrement l'ouverture d'André Léveillée à Saint-Tite, avec qui nous allons avoir, certainement, une discussion franche et productive pour tous nos citoyens.

Je vous rappelle que le but recherché, ce n'est surtout pas de refiler la facture des frais réels aux parents des villes voisines. Notre objectif, c'est celui d'être équitable envers tous les utilisateurs, qu'ils soient des résidents de Shawinigan ou des villes avoisinantes. Ce qu'on met de l'avant, c'est le principe d'universalité des services.

Ce principe est d'ailleurs appliqué dans plusieurs domaines de la société. Ce ne sont pas les personnes malades qui ont à supporter l'ensemble des coûts du système de santé. Et tout le monde contribue au financement du système de l'éducation, que nous ayons des enfants d'âge scolaire ou non.

À Shawinigan, comme dans la grande majorité des villes du Québec, c'est l'ensemble des contribuables qui supportent les activités de loisir. En payant mes taxes municipales, je supporte les jeunes joueurs de hockey ou de soccer de ma municipalité, j'encourage les ateliers culturels et les activités de la bibliothèque. C'est une question de solidarité.

J'ai donc offert à mes collègues des villes voisines de faire exactement la même chose et de conclure une entente qui va permettre à tous leurs citoyens de s'inscrire à toutes nos activités, sans frais supplémentaires.

Je demeure profondément convaincu qu'il s'agit de la meilleure façon de vivre en collectivité. Une conviction qui est partagée par un nombre grandissant de municipalités du Québec qui partagent les coûts des équipements supralocaux. Et c'est aussi une solution mise de l'avant par le caucus des villes-centres de l'UMQ. Le partage des coûts des équipements supralocaux, c'est aussi un principe reconnu par le ministère des Affaires municipales.

Je veux remercier le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, pour son offre à agir à titre de médiateur et j'invite les huit maires des villes voisines, qui hésitent à ouvrir le dialogue, à faire comme leur collègue André Léveillée.

La dernière chose que nous souhaitons, c'est de faire payer le plein tarif des activités par chacun des utilisateurs. Bien au contraire! J'invite donc mes collègues des villes voisines à travailler pour trouver les solutions les plus équitables pour l'ensemble de nos citoyens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer