Dégueulasse et dangereux

On le savait vulgaire, démagogue, raciste, misogyne et... (Associated Press)

Agrandir

On le savait vulgaire, démagogue, raciste, misogyne et irresponsable. Ajoutons maintenant le qualificatif de dangereux à l'excentrique milliardaire américain Donald Trump qui rêve de devenir le prochain président des États-Unis.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ginette Gagnon
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On le savait vulgaire, démagogue, raciste, misogyne et irresponsable. Ajoutons maintenant le qualificatif de dangereux à l'excentrique milliardaire américain Donald Trump qui rêve de devenir le prochain président des États-Unis.

À l'heure où le terrorisme mené par des éléments musulmans radicaux sème la peur, le chaos et la mort, à l'heure où des milliers de Syriens fuient pour se mettre à abri de cette folie destructrice et cherchent refuge en Occident, à l'heure où les populations musulmanes se voient de plus en plus stigmatisées, que fait Donald Trump?

Il se fait pyromane en nourrissant les pires préjugés et en attisant plus que jamais la haine raciale. Ce misérable bouffon qui carbure à l'attention médiatique est une véritable calamité. 

Devant des partisans républicains du sud des États-Unis, cette semaine, l'homme en a rajouté une couche en disant souhaiter que les États-Unis interdisent carrément l'entrée des musulmans sur leur territoire. Et cette mesure devrait garantir que les Américains seront dorénavant épargnés des tueries terroristes? Que les citoyens ou les intérêts américains à l'étranger ne seront plus des cibles? Voyons donc! 

Trump est devenu carrément dangereux. Ses propos relayés en abondance sur les réseaux sociaux, on n'en doute pas, vont faire le jeu des extrémistes et nourrir un sentiment anti-américain qui n'augure rien de bon.

La dernière sortie du candidat a été décriée d'un bout à l'autre de la planète, même au sein de son propre parti, tant elle est porteuse de conséquences troublantes pour la sécurité des Occidentaux en général et des Américains en particulier. Malgré tout, des partisans de monsieur Trump l'ont applaudi à tout rompre cette semaine et sa popularité ne se dément pas dans les sondages: il reste toujours le grand favori à l'investiture républicaine en vue des élections de l'an prochain. C'est extrêmement inquiétant.

Nos voisins américains ont commis une erreur historique en votant pour George W. Bush qui a mis le feu aux poudres en Irak, un pays depuis complètement déstabilisé ce qui a permis au groupe État islamique de s'y implanter et de contrôler un territoire riche en pétrole. Les terroristes ont maintenant les moyens de s'armer et de frapper fort. Vive la stratégie Bush! Les Américains sont-ils réellement prêts à élire maintenant un vrai fou capable de les entraîner dans un conflit de plus grande envergure encore? L'enjeu est bel et bien là: Donald Trump n'est ni plus ni moins qu'une menace à la paix et un vecteur de tensions sociales au sein de son pays. 

Non. On n'est pas ici dans un épisode de téléréalité, mais dans la vraie vie. Les Américains qui sont bêtement séduits par son discours populiste primaire devraient y réfléchir sérieusement et réagir à temps pour mettre un frein à ses ambitions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer