Comprendre et accepter

Des enfants musulmans prient dans une mosquée.... (Tjui Tjioe , 123Rf)

Agrandir

Des enfants musulmans prient dans une mosquée.

Tjui Tjioe , 123Rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réponse à la lettre de Marie-André Groarke «La cause de nos craintes».

Pourquoi vous sentez-vous obligée d'accepter un fait parce que vous pouvez le comprendre? Pour vous, comprendre c'est accepter?

Je comprends qu'il y a des musulmans misérables, pauvres, mais le monde est rempli de gens pauvres, misérables, maltraités. Le Canada se fera-t-il un devoir d'héberger les misérables du monde entier?

Je comprends le gouvernement du Canada, je ne suis pas obligée d'accepter ces histoires de politique. De cela aussi, le monde en est rempli. Je vis dans un pays où on a le droit d'exprimer son opinion.

Il y a des Canadiens dans la misère, des itinérants qui couchent dehors dans le froid et aucun gouvernement canadien n'a encore réussi à enrayer ce mal social. On fait des coupes en santé, dans l'éducation. On congédie des étudiants travaillant pour le gouvernement et ce n'est pas fini. On réduit le nombre d'heures payées pour les garderies subventionnées. Il faudrait peut-être trouver un remède à cet état de choses avant d'aider les autres nationalités. 

Je peux comprendre que les islamistes ont leur Coran, mais je ne suis pas forcée d'accepter qu'ils viennent pratiquer leur religion dans notre pays. 

Ce n'est pas en les recevant ici que leur mentalité va changer et s'assimiler à notre mode de vie. Quel bien nous apporteront-ils à part le fait de nous sentir charitables et d'augmenter notre estime de soi?

Comprendre n'est pas accepter.

Armande Brouillette

secteur Grand-Mère

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer