Un régime conservateur

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao... (La Presse Canadienne, Clément Allard)

Agrandir

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao

La Presse Canadienne, Clément Allard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

À voir agir les libéraux québécois dans les négociations avec la fonction publique, on en est à se demander si nous ne vivons pas au Québec un copier-coller de l'ancien régime du gouvernement Harper.

Afin d'essayer de calmer la grogne, ils viennent de promettre de réinvestir 80 millions $ en éducation. Comparativement au milliard accordé à Bombardier, c'est comme donner une suce à un bébé pour tenter de le faire taire. Nos éducateurs et intervenants en éducation sont-ils moins importants que les employés de Bombardier?  Quelle conscience anime notre gouvernement?

Nous pourrions aussi nous questionner sur l'intransigeance du gouvernement dans ses négociations avec la fonction publique comparativement à ce qui s'est passé avec les médecins. Bien que le ministre Barrette se soit vanté d'avoir fait accepter quelques conditions à nos médecins, on l'a très peu entendu parler des faramineuses augmentations qu'il leur a accordées.

C'est d'ailleurs la seule négociation qui a réussi à aboutir, ce qui n'est pas surprenant étant donné que deux des plus importants négociateurs patronaux étaient eux-mêmes médecins.

Bien que de nombreux parents ait appuyé le monde de l'enseignement dans ses démarches, je suis surpris des appuis que le gouvernement réussit à obtenir. Il est vrai que les propos du ministre Coiteux sont calculés en fonction de réussir à berner le peuple. Il a le don de faire miroiter des choses tout en restant très vague dans ses propos.

C'est ainsi que le gouvernement réussit à tromper la population en tentant de la monter contre les employés de la fonction publique. Je reconnais bien là le principe de la division prôné par l'ancien gouvernement Harper.

Il serait important que le peuple appuie nos enseignants et intervenants en éducation. Il y va de l'avenir de nos enfants. Nous avons élu un gouvernement de droite en nous laissant berner par de fausses promesses d'un parti pseudo centre. Le ministre Leitão affirme qu'il n'y a pas de programme d'austérité au Québec.

C'est à croire qu'il n'a pas conscience des nouvelles augmentations de tarifs imposées par le gouvernement dans divers services. Il n'a pas conscience non plus des coupures de services que doivent maintenant endurer les enfants en difficulté ainsi que les personnes en perte d'autonomie.

Thierry Évrard

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer