Je ne suis pas xénophobe, mais craintif...

Le Canada doit accueillir 25 000 réfugiés syriens... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Le Canada doit accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici février 2016.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

La crise des réfugiés syriens est d'une profonde tristesse. Il faut aider ces gens, en accueillir le plus grand nombre possible considérant nos capacités physiques d'accueil ainsi que nos capacités financières. Ce serait inhumain de refuser un accès à notre pays, mais comme il serait agréable de pouvoir partager mes craintes que cet accueil suscite sans me faire traiter de xénophobe, de raciste ou de sans-coeur.

Malgré que l'on clame haut et fort que la diversité n'est pas à craindre, que la diversité inclusive est une force qui peut vaincre l'intolérance (discours de Justin Trudeau cette semaine), permettez-moi de dire que je suis en total désaccord avec ces pensées (ces rêves, illusions) des années peace and love. Le premier ministre Trudeau a beau vouloir légaliser le pot, mais moi je préfère demeurer à l'écart de cette fumée afin d'avoir une meilleure vision de la nouvelle réalité mondiale.

Dans mon esprit, je n'ai aucune crainte à recevoir 25 000 réfugiés chinois ou encore thaïlandais, vietnamiens, japonais, italiens, grecs, espagnols, français, anglais, américains, mexicains, cubains, haïtiens, indous, argentins, colombiens, chiliens, australiens, péruviens, irlandais, suisses et tellement d'autres, mais pourquoi j'ai de la difficulté à être à l'aise, à me sentir en confiance, à recevoir 25 000 Syriens? Tout simplement parce que ces gens proviennent d'un pays où les moeurs et coutumes sont totalement différentes des nôtres. Nous vivons présentement des atrocités commises par des extrémistes, des extrémistes musulmans pour la plupart, et des milliers de réfugiés seront des musulmans; seront-ils des modérés ou des extrémistes?

En toute franchise, certains groupes de musulmans nous font la vie dure depuis leur arrivée au pays (Québec). Les plus bruyants cas ont été de faire éteindre nos sapins de Noël (ça les dérangeait), obliger certaines garderies à servir de la viande halal à tous les enfants (ne pas le dire aux non-musulmans), poursuivre des associations sportives pour que les enfants musulmans puissent porter le foulard hijab (belle intégration pour ces enfants), et j'en passe pour en arriver à la dernière qui était d'être totalement voilée à l'assermentation pour le serment d'intégration des nouveaux arrivants au Canada (le nouvel arrivant déclare dans ce serment entre autre fidélité aux lois et aux coutumes de leur nouveau pays!)

Mais que font les musulmans modérés pour combattre les extrémistes musulmans des dérapages et des atrocités qui sont commis ici et là dans le monde? Jamais dans ma mémoire d'homme je n'ai vu ici au Canada des groupes refusant autant de vivre selon nos moeurs et coutumes, mais je suis probablement xénophobe en vous racontant toutes ces vérités... Des demandes dites d'accommodement raisonnable à profusion, la religion musulmane est toujours en cause (Charte des droits et libertés au Canada); et dire que nous, nous rêvions de vivre dans un environnement laïque. Impossible l'humour sur la religion musulmane, ça les offusque et on doit payer au prix de notre vie si on ose en faire des caricatures (hebdo français Charlie). Tout ça c'est dérangeant, tout ça c'est même épeurant.

Ne pas encadrer convenablement, ne pas avoir de lois sévères concernant l'intégration de ces gens à nos valeurs, à nos moeurs et coutumes est une grande erreur, c'est ce qui me dérange, ce qui me fait peur: c'est un peu comme manipuler une bombe à retardement tout en fermant les yeux sur les instructions.

Michel Bourgeois

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer