Offrir la paix

Les attentats de Paris suscitent des craintes.... (La Presse)

Agrandir

Les attentats de Paris suscitent des craintes.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Je me considère comme une personne ouverte, mais l'attaque à Paris m'a rendue, comme plusieurs, prudente, frileuse face, surtout, aux musulmans. C'est dommage, me direz-vous? C'est dommage, me dis-je aussi à moi-même...

Des milliers de réfugiés, dont la majorité sont des musulmans, arrivent chez nous, alors qu'à Paris, ils n'en veulent plus. Pourtant, la France a été une terre d'accueil pour tant d'immigrants dans le passé... ceux-là même qui sèment aujourd'hui la terreur dans leur pays. Sommes-nous à faire les mêmes erreurs au nom de l'ouverture, de la solidarité humaine? Permettez-moi de me questionner. J'ai le droit, comme plusieurs, d'avoir cette réticence, cette résistance, cette peur en moi. C'est légitime et humain.  

Dans les médias, ministres, maires, tous essaient de nous persuader qu'il n'y a pas de problème, que tout est sous contrôle. C'est comme s'ils essaient, à coup de mots, de forcer les frontières de mon coeur. Il est blessé, mon coeur. Mes cousins français ont été tués, profondément meurtris, et je n'ai pas le temps de me remettre qu'on me demande d'accueillir des réfugiés qui viennent de ces mêmes pays que ceux-là qui ont terrorisé la terre de mes cousins.

C'est un peu normal et humain que j'aie peur et que je résiste.

Dans notre pays, bien qu'imparfait, j'aime et j'apprécie énormément la paix qu'on y a installée. Le soir, quand je vais au lit, je n'ai pas peur qu'un obus atteigne ma maison, je ne me sens pas menacée, je me sens libre, ce qui fait que je dors bien et je l'apprécie tellement! Je pense à toutes ces personnes qui vivent la guerre et je tente de leur envoyer un peu de ma paix.

Depuis les derniers événements, j'ai peur de la perdre cette chère liberté. Nous l'avons acquise à grands coups de travail, de temps, d'entraide, de respect. Lorsque j'ai vu les attentats de Paris et ce qui a suivi, je ne reconnaissais plus la terre de mes cousins. On se serait cru en Syrie, en Irak ou en Afghanistan.  

Messieurs les décideurs, attention! Protégez ce que nous avons créé tous ensemble. Prenons exemple sur ce que nous voyons. Tout en demeurant ouverts, je vous prie sincèrement de demeurer vigilants, car la paix et la liberté, c'est à la fois si grand, mais si fragile! 

Sylvie Tessier Dumas

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer