Carrefour des lecteurs

Quel manque de compassion! (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Quel manque de compassion!

En prenant connaissance du sondage paru dernièrement concernant la venue éventuelle de réfugiés syriens, j'ai été estomaqué d'apprendre que 60 % des Québécois disaient non aux réfugiés. De plus «moins on est susceptible de voir apparaître des Syriens dans son milieu, plus on (serait) réfractaire à leur venue au pays», selon ce même sondage. Est-ce à dire que le régime d'austérité que l'on subit depuis quelques mois au Québec nous aurait perturbé au point que notre compassion en aurait été affectée?

L'austérité serait-elle devenue virale? Une épidémie d'austérité tous azimuts? Si c'est ainsi, on pourra dire que les terroristes du groupe armé État islamiste ont gagné. Ils veulent nous terroriser, ils nous terrorisent au point où nous rejetons leurs victimes pour qu'elles retournent dans leur pays pour y vivre la terreur et la misère qu'elles fuient.

Je ne veux pas être associé à ces Québécois, tout comme les musulmans ne veulent pas être associés à ces terroristes islamiques.

Guy Milette

Trois-Rivières

Besoin de signature

Le parc portuaire de Trois-Rivières a besoin d'une signature particulière. Le parc portuaire de Trois-Rivières est actuellement très populaire auprès des Trifluviens et de plus en plus auprès des armateurs de bateaux de croisière. Pour maintenir et accroître son achalandage, il faut lui trouver une signature particulière durable.

D'un autre côté, nous avons aussi le moulin de la Commune qui est abandonné sur un recoin de terrain de l'UQTR. Ces derniers n'ont pas le budget ni l'espace pour mettre pleinement en valeur ce joyau de notre histoire qu'est le moulin. L'historien René Beaudoin caresse depuis des années le projet de ramener le moulin près du fleuve et d'en profiter pour lui faire faire une restauration complète. Il a même identifié des sites potentiels collés sur le parc portuaire où le moulin s'intégrerait à l'offre du parc. Espérons que les propriétaires de ces sites potentiels se montreront eux aussi emballées par ce projet. La farine moulue sur pierre est rare et recherchée, elle pourrait se vendre en petits sacs aux visiteurs. Mieux, elle pourrait servir de matière première pour une boulangerie pâtisserie pour le délice de nos visiteurs. Le commerce de sa farine contribuerait au financement de cette attraction.

Aucune autre étape des croisiéristes n'offre quelque chose de semblable. Nulle part. Oui, la restauration complète du moulin de la Commune implique un important investissement, mais cet investissement procurait à Trois-Rivières une signature inimitable pour la compétition et se rembourserait par l'achalandage. Cette signature assurerait la croissance et la longévité de notre parc portuaire.

Jean Vallières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer