Le modèle coopératif fait partie des solutions

Monique F. Leroux... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Monique F. Leroux

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Extrait d'une allocution de Monique F. Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, devant le Forum mondial de l'économie responsable tenu récemment à Lille en France.

L'humanité est à la croisée des chemins: croissance des inégalités, persistance de l'exclusion financière, crise de l'emploi, menaces sur la sécurité alimentaire et sur la pérennité des services publics, dérèglements du climat. À cela s'ajoute la révolution numérique qui transforme radicalement la façon dont se consomment les biens et les services. En émergent des entreprises disposant d'immenses réserves de capitaux. Ces nouveaux joueurs contribuent à accentuer le sentiment d'impuissance que ressentent les citoyens et les collectivités face à leur capacité à maîtriser leur destin.

Si l'économie se transforme, propulsée par le développement du numérique, nous devons aussi nous questionner sur les effets liés aux modes traditionnels de croissance. Avec au premier chef le niveau trop élevé de nos émissions de carbone.

Face à tous ces défis, je demeure optimiste. Alors que les finances publiques sont dans un état difficile dans de nombreux pays du monde, les coopératives, avec leur mission de service, sont bien placées pour appuyer l'État dans la réalisation de sa mission. Pourquoi? Parce que les coopératives sont engagées dans l'économie réelle et gèrent pour le long terme. De concert avec les autres partenaires de l'économie, elles font partie des solutions pour bâtir un monde meilleur.

Tendre vers zéro croissance ne m'apparaît pas une solution d'avenir, une solution pour un monde plus inclusif, plus équitable et plus prospère. Je crois plutôt à une croissance différente, plus axée sur la réponse aux besoins. Cette croissance doit faire appel aux entreprises privées, aux coopératives et aux entreprises de l'économie sociale, aux États et aux grandes organisations internationales, multilatérales, par qui le dialogue demeure possible à l'heure de la globalisation.

De la même façon que la biodiversité est importante dans le monde de la nature, une bonne diversité entrepreneuriale s'avère tout autant souhaitable pour la sphère économique.

Organisée conjointement par le Mouvement Desjardins et l'Alliance coopérative internationale, la troisième édition du Sommet international des coopératives a pour assise cette diversité entrepreneuriale. Avec pour thème «Le pouvoir d'agir des coopératives», il se tiendra à Québec, du 11 au 13 octobre 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer