Les profs en ont marre!

Les professeurs dénoncent la médiocrité qui afflige le... (La Presse)

Agrandir

Les professeurs dénoncent la médiocrité qui afflige le système d'éducation.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Les profs sortent, les profs vont marcher, protester, s'exprimer, résister, batailler, emmerder, les profs sortent. Et pourquoi sortent-ils? Parce qu'ils en ont marre!

Ils en ont marre: maximum de périodes d'enseignement, maximum d'élèves par classe, chevauchement de niveaux, intégration sauvage des élèves en difficulté; des mineures greffées à la majeure, tutorat! Ils en ont marre de commencer des journées en coq et les finir en âne, se courir entre les classes et parfois même les écoles comme entre les tranchées.

Ils en ont marre de se faire bombarder par des résidus de tâche: dossiers d'élèves, appels de parents, rencontres de parents, décryptage de bulletins, portes ouvertes, contrôle des absences; vendre la salade de l'école, surveiller les pissotières! Les profs en ont marre d'être abâtardis au point de devoir calculer le temps dit de nature personnelle ou de non présence en classe, le TNP: tant de neurones perdus! 

On veut faire sauter le ratio, les classes seront paquetées comme des poulaillers, les écoles seront converties en fermes d'élevage. Plus de 400 programmes de sports-études au Québec, les écoles ont pris l'allure de cages aux sports et d'agences de voyage. En fermant progressivement et sournoisement les bibliothèques, le tarmac de l'imaginaire, on coupe les ailes à nos enfants. Un jour ou l'autre, les profs ne seront plus que l'extension digitale du virement technologique, un clic de souris, un outil de communication alors qu'ils sont source de communion.

 Les profs en ont marre! Ils en ont marre qu'on prenne leurs étudiants pour des clients, qu'on donne à nos enfants du tout cuit alors qu'ils ont besoin de défis; qu'on pirate les cerveaux de ces enfants et les tienne en laisse avec un arsenal de bidules virtuels; qu'on leur fasse croire que l'école doit être cool, tendance, le fun. Les profs en ont marre qu'on oblige les écoles à se battre les unes contre les autres pour la même cause.

Pendant que chaque petit patelin soutire des millions pour avoir son amphithéâtre ou son colisée, pendant qu'on empiffre l'artificiel, on étête l'essentiel: l'éducation. Les profs en ont marre de divertir au lieu d'enrichir, de jouer au gentil organisateur, au vendeur pugnace, à la nounou, au joujou. Ils en ont marre d'être brûlés avant le mois de janvier, de travailler pour des négriers.

Les profs veulent qu'on ramène la charrue derrière les boeufs, qu'on recale les sports après les études, que leurs étudiants soient contents d'apprendre juste pour apprendre, qu'on aide ces étudiants à décrocher la lune, mais pas qu'on leur donne. Les profs, ces grands utopistes, aspirent à un programme études-études. Les profs en ont marre de survivre, ils veulent vivre. 

Et on aura le culot de dire qu'ils prennent les étudiants en otage alors qu'ils veulent les sauver du nivelage; on aura l'indécence de les sommer de retourner en classe enseigner, alors que c'est exactement pour ça qu'ils sortent. Les profs en ont marre d'oeuvrer dans une médiocratie! Et je pourrais ânonner encore... amen.

Christian Gagnon

Enseignant du secondaire à la retraite

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer