La voix dans le silence

Lorsque l'on écoute un poste de radio à... (Photo: 123rf)

Agrandir

Lorsque l'on écoute un poste de radio à ondes courtes, que l'on cherche à syntoniser une station...

Photo: 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

On est seul lorsque l'on est conçus, on est seul lorsque l'on quitte la vie.

Selon un dicton: on est jamais mieux accompagnés que par soi-même. Bien utile lorsqu'on doit réconforter les gens qui sortent d'une relation amoureuse n'ayant pas connu une fin heureuse. Moi, je l'utilise en pensant à l'existence d'autres univers; à ces 11 dimensions que nous laisse entrevoir la science (théorie mathématique des cordes); à ces sept cieux dont nous parlent les religions; aux expériences issues du vécu, le mien comme celui de nombreux autres individus autour de moi et ailleurs. Je me dis: non, je ne suis pas seul! Il y a sûrement une présence près de moi même si je ne la vois pas ou ne sais pas la percevoir.

Lorsque l'on écoute un poste de radio à ondes courtes, que l'on cherche à syntoniser une station. Ça grinche, ça crache des bouts de voix, des sons à peine audibles comme venus d'outre-tombe et... ça disparaît; puis ça revient et miracle! on entend, le son se précise, devient clair; on réussit à syntoniser la station. Car, même si on ne le voit pas, on est entouré de voix issues d'ondes radiophoniques et d'autres ondes inaudibles pour nous, que d'autres créatures (les chiens par exemple) peuvent pourtant percevoir.

Comme quand on est entouré de gens, de bruits, de soucis et de préoccupations. Ça grinche, ça crache! On ne perçoit que peu ou pas «la voix» pourtant toujours présente au fond de nous. Percevoir cette voix, cette présence, nécessite que le silence ce fasse. Il faut apaiser l'esprit, la pensée et le corps. Ce qui va à contre-sens de nos habitudes de vie.

Cela arrive dans certaines conditions, souvent extrêmes, lorsque, sans trop comprendre pourquoi, fatigués de penser, de parler, de croire et même d'espérer, une Voix, surgie de nulle part, se fait soudain entendre. On la reconnaît sans savoir ce que c'est. On ne sait pas en quelle langue elle s'exprime. On ne sait même pas si c'est une voix, une pensée ou autre chose. On sait simplement qu'elle est là; qu'elle l'a toujours été, mais on ne l'entendait pas. On ne la syntonisait pas. C'est ainsi.

On pourrait dire que c'est l'imagination. D'autres diront c'est Sa voix. La voix de l'intérieur. La voix de Dieu! Qu'importe ce qu'elle est! Elle est ce phare mis à la disposition des humains pour les guider tout au long de leur vie. Ces humains qui, perdus dans les méandres d'une vie moderne vide de sens, ont perdu de vue jusqu'à son existence et souvent se lamentent... se croyant abandonnés des hommes, de la vie, de Dieu. Pourtant, la Voix est là qui entend tout, qui attend, avec une infinie patience, que l'on veuille bien la syntoniser. Elle est nous.

Elle est là pour ce croyant qui la nomme Dieu; elle est là pour le non-croyant pour qui elle est tout simplement la vie. Elle ne fait pas de distinctions entre les gens; elle se joue de la couleur de la peau, de la langue, de la richesse ou de la pauvreté, de la laideur comme de la beauté, de la croyance et de la mécréance tout comme du sexe ou de l'orientation.

Patiemment, elle attend. Heureux celui qui se tait et l'a entendue.

Malik Hammadouche, Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer