Mais pourquoi donc changer de nom?

STR ou SSJ?... (Photo: François Gervais)

Agrandir

STR ou SSJ?

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Pourquoi tenter d'éclipser STR, le sigle de mon temps, pour en imposer un autre: SSJ ? Changer le nom d'un individu ou d'une institution, c'est beaucoup plus que d'enlever une étiquette pour en coller une autre. Ainsi, en appelant un de ses disciples Pierre plutôt que Simon, Jésus lui donnait un nouveau rôle.

Sans doute, le Séminaire n'est plus ce collège classique de huit ans pour garçons, pépinière de prêtres, de médecins, d'avocats, d'ingénieurs et d'autres professionnels.

Aujourd'hui, école mixte, il offre le cours secondaire du Ministère de cinq ans et forment les cégépiennes et cégépiens de demain. Surtout, devenu école non confessionnelle de fait, le Séminaire a cessé de former une élite de catholiques. Au Séminaire, il ne se donne aucun cours de religion catholique et, dans sa magnifique chapelle toute rénovée, aucune activité liturgique ne serait de mise. Le temps des cathédrales et des chapelles est bien révolu, voici venu le temps des gymnases doubles.

Pourtant le statut administratif du Séminaire n'a pas bougé depuis 141 années bien comptées. C'est toujours une même corporation qui le possède et le gère. Une corporation présidée par l'évêque du diocèse de Trois-Rivières. La vénérable charte de 1874 confère tout pouvoir à l'évêque soit Mgr Luc Bouchard. Donc, c'est lui qui est le grand patron du Séminaire. Parmi toutes les écoles secondaires de son diocèse, le Séminaire est la seule école sous son autorité. Il est plutôt bizarre que notre évêque tienne, en 2015, à gérer une école de fait non catholique.

Tout près de nous, les Ursulines ont passé la main à une corporation laïque et le Collège Marie-de-l'Incarnation ou CMI continue de vivre. De même, les Filles de Jésus ont émancipé leur école Keranna qui n'en a rien perdu de sa vitalité.

Le jour où le Séminaire changera de statut pour s'adapter à la conjoncture d'aujourd'hui, il sera toujours temps de changer son sigle.

Jean Panneton, prêtre

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer