Mon appui aux libéraux

Christian Awashish...

Agrandir

Christian Awashish

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Cette dernière campagne a été la plus longue de l'histoire au Canada. Malgré cela, les enjeux autochtones n'y ont pas été beaucoup plus débattus qu'à l'habitude. Pourtant, la question des Premières Nations est plus que jamais au coeur des enjeux économiques d'importance au Canada.

Comme d'autres chefs, j'invite les membres de ma communauté à aller voter afin de faire une différence. Pour ma part, je voterai pour le Parti libéral, un choix logique.

Je n'ai rien contre les autres partis et leurs candidats. J'ai beaucoup d'estime pour Gilles Duceppe, qui est déjà venu dans notre communauté et qui connaît bien notre réalité. Je sais aussi que le NPD et le Parti vert proposent des programmes plus qu'intéressants à l'égard des Premières Nations. Si l'un de ces deux partis formait le gouvernement, nous serions entre bonnes mains. Je respecte aussi Denis Lebel, avec qui nous avons entretenu des relations cordiales et constructives. Mais, le Parti conservateur n'a pas été réceptif à nos demandes et nos besoins. Nous avons besoin d'un nouveau gouvernement.

Avant toute chose, il faut connaître et respecter l'importance du territoire chez les Premières Nations. Le territoire est non seulement notre garde-manger, mais notre terre mère et le berceau même de notre identité. Bien que nous n'ayons jamais cédé nos droits sur notre territoire ancestral et que nous soyons en processus de négociation depuis plus de 35 ans, le gouvernement fédéral permet toujours son exploitation sans notre consentement et notre participation. Avec sa proposition sur l'établissement d'une nouvelle relation «de nation à nation», le Parti libéral est bien placé pour procéder aux changements nécessaires dans les politiques en vigueur.

Si l'idée du changement paraît toujours aussi attrayante d'élection en élection, elle n'a jamais été aussi cruciale pour notre communauté que présentement. Notre désir de changement est fondé sur la nécessité de voir le prochain gouvernement s'attaquer aux nombreux enjeux qui minent le développement de nos peuples. Chez nous, notre priorité est d'améliorer les conditions de vie de nos membres, de créer des emplois durables et de donner de l'espoir à nos jeunes.

À titre de chef d'une des communautés les plus pauvres au pays, j'ai le droit d'exiger mieux du prochain gouvernement. Et j'ai le droit de prendre position pour le parti qui semble être le plus apte à rebâtir les ponts.

Le défi du prochain gouvernement, quel qu'il soit, sera celui de rétablir une relation de confiance avec les Atikamekw et l'ensemble des Premières Nations. Bien que mon choix s'arrête aujourd'hui sur les libéraux pour fonder le prochain gouvernement, je reste ouvert à collaborer avec les autres représentants élus du gouvernement canadien sans égard pour leurs allégeances. Pour nous, l'important est d'abord d'assurer et d'instaurer enfin une réelle relation de nation à nation.

Christian Awashish

Chef du Conseil des Atikamekws 

Opitciwan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer