Quel droit de réserve?

Jean Chrétien... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean Chrétien

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Je tiens à exprimer mon malaise devant la venue de Jean Chrétien et de François-Philippe Champagne le 5 octobre dernier.

Le syndicat nous a invités à sortir à 10 h 10 pour une importante annonce. À mon arrivée au travail, vers 9 h, ma gestionnaire a réuni les employés pour leur demander de sortir massivement pour cette annonce et que même si cela prenait plus de temps qu'une pause normale, nous nous devions d'écouter l'ensemble du message. Avec comme consigne de ne pas parler aux médias (dans notre merveilleux code de déontologie, nous sommes passibles de mesures disciplinaires).

En sortant, une haie d'honneur des membres du syndicat qui nous interdisent de parler aussi aux médias, seul André Bélanger, président, y est autorisé. Nous connaissons la suite. Au retour dans nos secteurs de travail, plusieurs d'entre nous vivent le même malaise. Nous avons été instrumentalisés par les libéraux, de François-Philippe Champagne. Jean Chrétien quant à lui était déjà venu rencontrer la direction au début du mois d'août. Une belle planification quoi!

Monsieur Grenier, candidat conservateur, est aussi venu au Centre fiscal, mais il n'a paseu la même visibilité; aucune invitation de la gestion ou du syndicat pour sortir et écouter son message. Alors il est où le droitde réserve de la fonction publique en période électorale?Je me pose de sérieuses questions!

Lucie Plamondon, Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer