Centre-ville infernal: faites quelque chose!

Le conseiller Guy Daigle... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Le conseiller Guy Daigle

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre à mon conseiller municipal, Guy Daigle.

En 2013, vous m'aviez suggéré de ne plus jamais vous recontacter, car votre prétention était que puisque nous avions choisi de résider au centre-ville nous devions endurer tous les bruits.

J'en avais conclu votre incompétence et votre manque de jugement et donc qu'il n'y avait, en effet, aucune utilité à vous recontacter pour tenter de vous sensibiliser à la pollution sonore endurée par vos concitoyens. 

Vous aviez par la suite été malheureusement reconduit dans vos fonctions de conseiller par la vague d'appui à monsieur Lévesque dont j'étais.

Je constate que vous faites maintenant la même sourde oreille à vos concitoyens d'un autre secteur du centre-ville. En effet, des citoyens en bordure du parc Champlain vivent les mêmes outrages que nous. Ils vous ont avisé en août 2014 de leurs doléances, mais rien ne fut fait. Vous êtes donc conséquent avec vous-même. Mais je vous fais un ultime appel à la compassion devant l'accumulation des insatisfaits. Les citoyens ne sont pas des plaignards. Sachez écouter leurs doléances. 

Plusieurs villes (particulièrement en Californie) ont banni les souffleurs de leur territoire. Est-ce sans raison, selon vous?

Pourquoi Trois-Rivières ne pourrait-elle pas innover en développant un code d'éthique contre le bruit? Souvent, il ne suffirait que d'appliquer les règlements déjà en vigueur comme ceux interdisant les modifications de silencieux de voitures, les passages de motocyclettes dans le viaduc du parc portuaire, l'utilisation de haut-parleurs sur les terrasses... Des règlements (et même des écriteaux) existent déjà pour contrer ces pollutions sonores. Est-ce sans raison, selon vous? Pourquoi ne les applique-t-on pas? Pourquoi de précédents législateurs avaient-ils cru bon établir et adopter ces règles? 

Y a-t-il eu une seule contravention émise cette année à ces dizaines de motocyclistes qui empruntent chaque heure le tunnel du parc portuaire faisant fi des écriteaux installés leur prohibant le passage? Y a-t-il eu une seule contravention émise cette année à ces dizaines de voitures aux silencieux modifiés qui viennent pétarader dans le tunnel ou ailleurs? Vérifiez vous-même au poste de police, vous constaterez pourquoi personne ne se gêne plus pour faire le bruit qui lui plaît, au grand dam des résidents.

Des commerces, anciens et nouveaux, installent des haut-parleurs sur leur terrasse alors que le règlement sur la paix, l'ordre et la sécurité publique (2002, chapitre 44, article 9) le prohibe. La Sécurité publique est-elle déjà intervenue.

Rien n'est fait par la Ville concernant les problématiques du bruit. A-t-on l'impression qu'une ville bruyante est plus rentable?

Peut-être qu'un jour Trois-Rivières pourra donner l'exemple. Peut-être pourriez-vous être un initiateur de cette  sensibilisation nouvelle! Ne faire qu'appliquer les règlements existants conçus et votés par d'anciens conseillers éclairés serait déjà un grand avancement.

Peut-être qu'un jour! Trois-Rivières Très bruyant!

Alain Léger

Résident du centre-ville

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer