Destruction massive

L'ancienne policière Stéfanie Trudeau.... (PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA TÉLÉ)

Agrandir

L'ancienne policière Stéfanie Trudeau.

PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA TÉLÉ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Des milliers de commentaires se sont retrouvés sur les réseaux sociaux (Facebook) au cours de la seule journée de lundi, le lendemain de l'entrevue réalisée à Tout le monde en parle sur le matricule 728. Guy A. Lepage commence son entrevue ainsi: «Vous êtes une personne qui n'aime pas les gratteux de guitares, les carrés rouges, les artistes». Aucune allusion à son livre Servir pour se faire salir. Cela a orienté la conversation par la suite. Ce dimanche soir, ce sont les artistes qui ont sorti la matraque et pas la policière.

À quoi vous vous attendez quand un policier se fait sauter dans l'dos, de dire Stéfanie Trudeau? Tu fais rien, tu restes calme?

Les bien-pensants du Plateau à Montréal ont piégé la policière. Quelle condescendance entre les trois: Guy A. Lepage, Patrick Huard, Philippe Falardeau. À un moment donné, Patrick Huard se fait demander par l'animateur si les femmes devaient porter le niqab. Ce dernier a répondu que c'était une question complexe et il lui manquait d'informations pour répondre. Or, 93 % de la population au Québec est contre le port du niqab. Ça ne l'a pas empêché de chier sur Stéfanie Trudeau. La loi, c'est la loi, n'est-ce pas? On dirait que c'est le monde à l'envers.

Pendant que le matricule 728 s'est fait piégée, qu'on l'a condamnée sur la place publique, un Rambo Gauthier, accusé au criminel, a été applaudi et accueilli en héros à l'émission de Christiane Charette, à Tété-Québec. Et les tétés d'État, Radio Canada et Télé-Québec, que font-elles là-dedans? Rien. Deux poids, deux mesures!

Par la même occasion, j'aimerais rappeler à votre mémoire l'intervention sur des ondes radiophoniques d'un Patrick Lagacé, au cours des dernières semaines, relativement au travail de député. L'animateur lui a demandé: «Vous ne vous lancez pas en politique fédérale?» Non, répondit Patrick Lagacé et il s'est mis à déblatérer bassement sur deux personnes, dont l'une est toujours députée, Julie Boulet ainsi que Nathalie Normandeau en les qualifiant de pots de fleur. Lui-même ignore tout du travail de député. Ces soi-disant gérants d'estrade souffriraient-ils de la même maladie, un complexe de supériorité?

Quelle arrogance, quelle petitesse, quelle insolence! Ça fera!

Tout cela pour dire que la population n'est pas si naïve, ne se laisse pas berner et est capable de juge le bien et le mal.

André Gendron

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer