Gare à l'intégrisme religieux

Uen femme vêtue d'un niqab... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Uen femme vêtue d'un niqab

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le niqab et les migrants s'invitent dans la campagne électorale.

Pourquoi a-t-on autant de misère à statuer sur ces questions? Parce que depuis des années on a peur d'établir des règles claires face aux nouveaux arrivants, toutes nationalités confondues! 

Et voilà que l'on utilise à tout vent la Charte des droits et libertés de la personne pour tolérer n'importe quoi! Sondage après sondage, les Québécois, particulièrement, s'opposent au port du niqab en public. Et les Québécois ont raison! Il n'est pas question de s'immiscer dans le choix d'un vêtement féminin, il est question d'une pratique à l'évidence sexiste où sous de faux prétextes on oblige, je dis bien oblige, la femme à se cacher le visage derrière un voile pour circuler en public. Mesdames, sachez qu'au Québec la femme s'est émancipée et que le port du voile intégral est un affront à notre émancipation! Je suis très mal à l'aise de côtoyer des femmes dont je ne vois que les yeux. Je suis très mal à l'aise de côtoyer des femmes qui, rendues au Québec, élèvent leurs filles avec cette mentalité de gêne et de peur. 

Établissons des règles claires: si tu viens au Québec, tu dois vivre à visage découvert en public. Il y a des règles et elles s'appliquent à tous sans exception. Je ne veux pas dans quelques années que ma petite-fille se promène sur la rue et se demande dans quel pays elle vit! Le Québec est une terre d'accueil, mais pas à n'importe quel prix.

J'ai eu le privilège de participer à la commission parlementaire sur la Charte des valeurs québécoises. Cela m'a permis de rencontrer de nombreux groupes qui sont venus nous mettre en garde contre l'intégrisme religieux. Et même si ce n'est pas une campagne électorale fédérale qui va régler ces questions sur le niqab ou les migrants, c'est une belle occasion de questionner ceux et celles qui prendront les décisions pour nous après le 19 octobre prochain. Bonne réflexion!

Noëlla Champagne

Ex-députée de Champlain

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer