Une occasion manquée

Les contribuables ont rejeté le projet à 55%....

Agrandir

Les contribuables ont rejeté le projet à 55%.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ginette Gagnon
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Parce que des contribuables de Batiscan avaient peur d'une augmentation de taxes et parce que les riverains de la plage craignaient des nuisances et une perte d'évaluation de leurs propriétés, le projet d'aménagement de la plage et de parc linéaire, du quai municipal jusqu'à la rivière Batiscan, ne se fera pas. C'est bien dommage.

La décision est donc tombée dimanche, jour de référendum, où 55 % des contribuables qui se sont prononcés sur le projet l'ont rejeté. En grande démocrate, la mairesse Auclair, a conclu que le dossier était clos et qu'elle devait maintenant travailler à élaborer un autre scénario de développement municipal.

On ne doute pas de la déception de madame Auclair, qui caresse ce projet depuis des années, et qui s'était fait élire en promettant de mettre en valeur cette portion du territoire local qu'elle n'hésitait pas à qualifier d'ailleurs de «dernier joyau non protégé des rives du Saint-Laurent». Les Batiscanais ont opté pour le statu quo au terme d'une longue controverse qui les a divisés. Un comité d'opposition avait fait circuler une pétition et menaçait même de poursuivre les élus s'ils ne renonçaient pas au projet! Une manoeuvre d'intimidation qui n'a heureusement pas freiner le conseil. On peut être d'accord ou pas avec un projet, le conseil qui le propose n'en est pas moins légitime. Dans ce cas-ci, on l'a soumis au vote populaire et on va se plier à la décision. Si Trois-Rivières en avait fait autant avec la question de la fluoration de son eau potable, on ne continuerait pas d'en parler encore.

Le tourisme est définitivement une avenue d'avenir pour les petites localités-dortoir qui cherchent quand même à se dynamiser pour accueillir de nouveaux arrivants et pour garantir la bonne santé des finances publiques. Le projet en question était tout à fait dans l'air du temps; il faisait appel à une clientèle adepte du récréotourisme et non du heavy metal. Ce projet n'était ni polluant, ni défigurant, ni extravagant et n'allait pas à l'encontre du patrimoine de Batiscan.

Oui, c'est une occasion manquée pour ce charmant petit village qui figure depuis peu dans l'Association des plus beaux villages du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer