Niqab et minijupe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'éditorial de Ginette Gagnon publié le 17 septembre dernier et intitulé Lettre à Zunera était un petit bijou. Sa dénonciation du combat judiciaire de cette dernière était sans réplique. Porter le niqab pour être reçue citoyenne canadienne équivaut à porter une courte minijupe assortie d'un profond décolleté pour aller à la mosquée dans les pays musulmans. Ce serait prison, fouet, etc.

Le texte de Ginette Gagnon est le meilleur que j'ai lu sur le sujet et je le dis sans flagornerie. (Nous n'avons aucun lien de parenté, heureusement pour elle.) D'ailleurs et toujours sans flagorner, elle est à mon avis une des meilleures éditorialistes du Québec, que ce soit par son style, la précision des faits qu'elle énonce et l'argumentaire qui ne fait pas dans la démesure.

Ceci dit, je ne suis pas tout à fait d'accord avec Justin Trudeau qui assimile le port du niqab à un droit fondamental qui viserait à protéger les minorités. Je veux bien qu'on les protège, mais pas quand leur attitude, aussi épisodique soit-elle, heurte de front notre civilisation. Car globalement, il s'agit bien d'un affrontement entre civilisations. Et j'ajouterais que cette affaire du niqab et d'autres, en plus de semer la discorde, favorisent l'émergence de groupes ou de formations politiques d'extrême-droite.

Zunera devrait être renvoyée dans son pays d'origine quitte à lui permettre de redemander la citoyenneté canadienne dans un an ou deux. Solution démesurée? Peut-être. Mais il est certain qu'aucune musulmane n'osera se comporter comme elle à l'avenir. Enfin, savez-vous qu'il est formellement interdit de porter un bikini sur la plupart des plages musulmanes? C'est vraiment pas la place pour se rincer l'oeil...

Serge Gagnon

Louiseville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer