Qui crée le terrorisme?

Stephen Harper en campagne électorale.... (Photo: Le Soleil)

Agrandir

Stephen Harper en campagne électorale.

Photo: Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dans la crise migratoire, on voit bien combien les premiers ministres des provinces et les maires sont impuissants. Ils bricolent, ne parlent pas d'une seule voix et improvisent. Tout relève d'Ottawa et du premier ministre insensible, dur et buté face au plus important exode depuis la dernière guerre.

Un premier ministre va-t-en-guerre qui, contrairement à la réputation passée du Canada, n'a pas hésité à envoyer les chasseurs bombardiers combattre en Libye et à impliquer militairement le Canada en Irak et en Syrie en plus de prendre partie aveuglément pour Israël et d'adopter des sanctions contre la Russie au détriment des producteurs québécois.

Par sa participation, le Canada a légitimé le bombardement de milliers de personnes sur place. Que la communauté musulmane soit en colère contre le Canada cela n'est guère surprenant. Le Canada attaque prétendument pour se protéger du terrorisme, mais il crée le terrorisme en attaquant. Quel Libyen, Irakien ou Syrien menaçait le Canada?

Bombarder des combattants de l'État islamique suppose tuer des victimes civiles innocentes. Le désir de vengeance pourrait-il empêcher un islamiste radical vivant au Canada de passer à l'acte? Au contraire!

Et si Stephen Harper était réélu, le Canada poursuivra-t-il sa politique de nation guerrière sans égard aux conséquences découlant de sa participation aux conflits? Avec Stephen Harper, la question n'est plus: qu'est-ce qui est bon pour le Canada et sa réputation internationale, mais qu'est-ce qui va permettre ma réélection? La guerre, on le sait, hélas, booste les cotes de ceux qui les déclenchent. La testostérone fait plus en la matière que la matière grise.

À preuve, la peur et l'insécurité comme un mantra sont désormais au coeur du discours du premier ministre.

Le plus surprenant c'est qu'après avoir contribué directement par ses décisions à créer le chaos dans le monde et à entretenir le désir de vengeance, le premier ministre se présente désormais comme le grand défenseur de la sécurité du Canada. Comme nul ne peut invoquer sa propre turpitude, ne soyons pas dupes de son discours et revenons à un Canada facteur de paix et de stabilité international.

Claude Gélinas

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer