Fluoration, science et démocratie

Dre Isabelle Goupil-Sormany, directrice de santé publique et... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Dre Isabelle Goupil-Sormany, directrice de santé publique et de la responsabilité populationnelle du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux Mauricie et Centre-du-Québec.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dans Le Nouvelliste du 31 août, la directrice de santé publique, madame Goupil-Sormany, déclare: «Le dialogue, les connaissances scientifiques et la démocratie sont probablement les meilleurs outils qui soient à notre disposition pour prendre une décision acceptable socialement.»

Dès le lendemain, pour nous démontrer à quel point elle croit au dialogue et en la démocratie et combien l'acceptabilité sociale est une préoccupation pour elle, elle nous apprend que «son rôle n'est pas dicté par l'acceptabilité sociale» et affirme que celle-ci «...n'est pas un enjeu de santé publique ». Elle oublie que l'acceptabilité sociale est la principale recommandation de la commission parlementaire de 2013 sur la fluoration.

Rappelons-nous qu'il y a quelques mois, madame Goupil-Sormany déclarait: «qu'en démocratie, seuls les élus peuvent se prononcer», comme si la démocratie consistait à donner un chèque en blanc aux élus une fois aux quatre ans et à se fermer la trappe le reste du temps.

Quant aux connaissances scientifiques, la vingtaine d'auteursde mémoires présentés au gouvernement en 2013 s'opposant à la fluoration sont des scientifiques, professionnels et experts bardés de formations et d'expertises qui n'envient rien à celles de ses experts. Ces mémoires démontrant que la fluoration est «inutile, nuisible et illégale» furent néanmoins tassés du revers de la main.

Les propos de la directrice démontrent le bien-fondé de notre dénonciation du mépris des promoteurs de la fluoration envers les citoyens.

Ce que la directrice nous dit, c'est que, peu importent votre opinion et votre volonté, nous savons mieux que vous ce qui est bon pour vous et nous allons vous l'enfoncer dans la gorge de gré ou de force!

Mépris exprimé aussi par le président de l'Ordre des dentistes qui traite les opposants d'enfirouapés et insinue que la population est trop ignorante pour distinguer le vrai du faux et qu'il faut donc lui imposer la fluoration. Idem pour le maire Lévesque qui déclare que les gens signent n'importe quoi et que les opposants sont des extrémistes.

Voici qui sont réellement les opposants à la fluoration: des citoyens responsables et soucieux de leur santé, de celle de leurs concitoyens, de leur environnement et de l'utilisation qu'on fait de leurs impôts.

Ils sont les principaux intéressés, les bailleurs de fonds et les bénéficiaires «présumés» de ce traitement médical coercitif, ceux qui devraient donc être considérés comme des interlocuteurs prioritaires et privilégiés plutôt que d'être ignorés, dénigrés, insultés et méprisés par des gestionnaires auto-proclamés détenteurs et dispensateurs exclusifs de la connaissance et de l'information sur la fluoration.

Il y a sept mois, la Coalition trifluvienne pour une eau très saine proposait une démarche de dialogue à la DSP: notre seule exigence était d'obtenir des réponses aux questions pertinentes et documentées des citoyens. Pas une seule réponse ne fut obtenue, ne serait-ce que sur le statut légal des produits utilisés et de la fluoration elle-même.

Madame Goupil-Sormany continue néanmoins à nous inviter à lui poser nos questions, alors que toutes les questions furent posées et que seules les réponses manquent à l'appel.

14 500 citoyens de tous les milieux sociaux ont endossé jusqu'à présent la pétition citoyenne pour une eau saine sans fluorure ajouté et ce nombre croit sans cesse.

Les promoteurs de la fluoration devraient descendre de leur piédestal élitiste et écouter enfin ce que leur disent les citoyens, ces cobayes potentiels de leur prochaine étude expérimentale.

Pour les dernières nouvelles citoyennes, incluant le dossier de la conférence de presse tenue le premier septembre, consulter www.ctets.org.

Robert Duchesne

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer