Dossier du Groupe RCM: tout cela est choquant!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteure, Danielle Marchand, a été à l'emploi de Groupe RCM à titre de directrice des ressources humaines.

Je désire réagir à votre article du 28 août concernant Groupe RCM ainsi qu'au communiqué de presse remis lors de la conférence de presse qui a eu lieu le 27 août.

On m'accuse de vouloir changer la vocation du Groupe RCM en un organisme qui ne ferait que de la location de main-d'oeuvre, mais c'est déjà ce que fait Groupe RCM!

Dans les faits, environ 80 % des personnes employées chez Groupe RCM sont déjà en location de main- d'oeuvre soit chez Récupération Mauricie ou bien chez Soleno Recyclage. Les autres employés travaillent à l'usine de Trois-Rivières ou font partie de l'équipe de gestion.

Par ailleurs, ce que nous avions commencé à faire était plutôt de chercher de nouvelles opportunités afin de diversifier nos créneaux et de diminuer notre dépendance économique versus ces deux contrats.

J'ai toujours été celle qui préconisait de maintenir l'usine de Trois-Rivières en place afin de protéger les employés qui sont directement rattachés au Groupe RCM. On ne peut donc pas me reprocher d'avoir voulu changer la mission de l'entreprise qui est de «créer des emplois pour les personnes handicapées». J'ajouterais que la plupart des entreprises adaptées du Québec tirent également une partie de leurs revenus de la location de main-d'oeuvre.

J'ai une formation en éducation spécialisée, j'ai un diplôme en ressources humaines et j'ai une maîtrise en administration publique. Je suis à l'emploi du CRDITEDMCQ-IU depuis 1986.

Monsieur Picotte est même venu me voir à quelques reprises, dont deux fois depuis les Fêtes, pour me féliciter de mon excellent travail (c'est aussi mentionné dans des procès-verbaux du conseil d'administration).

Après 19 ans de services, donc 17 ans en tant que directrice des ressources humaines, monsieur Picotte se sent soudainement très mal à l'aise du rôle que je jouais!

Je ne comprends pas qu'il réagisse seulement après toutes ces années. Pourquoi ce virement de situation? Simplement parce que j'ai osé poser des questions? Parce que j'ai osé signer une requête pour demander une assemblée spéciale? Parce que je voulais des réponses à mes questions qui étaient légitimes?

J'ai reçu une première mise en demeure le 21 mai 2015 de la part de Soleno et une deuxième le17 juin 2015, de la part du conseil d'administration du Groupe RCM.

Ensuite, on me retire mon droit de parole, on me bâillonne, en me radiant de la liste des membres du Groupe RCM.

En agissant ainsi, on s'assure que je ne poserai plus de questions et de plus, ma candidature comme membre du conseil d'administration vient d'être écartée.

J'ai travaillé pendant plusieurs années avec René Bourassa qui était chez Emploi Québec et qui était leur représentant lors des comités de gestion des ressources humaines.

C'est même moi qui l'avait sollicité pour devenir membre du c.a. pour son expertise et son respect des personnes handicapées. Le 7 mai dernier, ce dernier a avoué devant témoin qu'il s'était fait manipuler par monsieur Picotte.

Je suis déçue de constater que, pourtant, il ne semble avoir rien fait pour changer cette situation et qu'il a même participé à des rencontres qui m'ont nui.

On a voulu me faire mal paraître en disant que j'avais gardé des ordinateurs sans l'avoir demandé pour compenser les nombreuses heures de travail que j'avais accumulées alors que dans les faits, tout cela avait été autorisé par Michel Camirand et Lambert Bédard par la suite.

Ce que je ne comprends pas, c'est l'acharnement de certains membres du c.a. à l'endroit de personnes qui avaient le plus à coeur les intérêts de Groupe RCM et des personnes handicapées...

Tout cela est choquant, considérant que la réputation de l'entreprise est maintenant entachée, que les employés sont depuis des semaines plongés dans un climat de peur et d'incertitude, que le partenariat avec la Régie est fragilisé et, ultimement, que la santé financière de l'entreprise pourrait être en jeu.

À mon avis, c'est loin d'être une gestion saine de l'entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer