Groupe RCM: la lumière doit-être faite

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

À titre de membre du Groupe RCM et d'ex-administrateur de la corporation, la situation actuelle vécue par l'organisation me préoccupe au plus haut point. Quand on apprend par le quotidien local que l'assemblée générale statutaire prévue est annulée sans raison valable ou pour des motifs mystérieux et que c'est aussi par Le Nouvelliste qu'on apprend de la bouche du président actuel, Yvon Picotte, qu'il y a aura une assemblée des membres à la fin du mois d'août, je me pose de sérieuses questions sur la gouvernance de l'organisme dédié au recyclage, à la récupération et à l'amélioration du sort des personnes handicapées, et ce, dans un contexte d'une entreprise qui doit être viable.

Les conseils d'administration auxquels j'ai assisté ont toujours été empreints de transparence et de franches discussions, dans un climat serein. Nous nous considérions toujours comme ceux que l'assemblée générale avait mandatés pour veiller à la bonne marche de l'entreprise, et ce, dans un contexte où les aléas du marché et la nécessité de respecter le personnel lorsque des décisions prises risquaient de les inquiéter. Sans exagérer, je pense que notre gouvernance était saine.

Il ne faut pas que cette description ne devienne chose du passé. Il faut revenir aux principes qui en constituent le fondement. Ils sont, à mon avis, tout aussi salutaires qu'incontournables pour la stabilité et la viabilité du Groupe RCM.

Les insinuations nuisent à tous les intervenants qui gravitent autour du Groupe RCM. Je pense aux employés, à la réputation de l'entreprise et à son avenir. Je pense au climat actuel qui prévaut à l'interne. À titre d'exemple, ne me parlez pas d'une directrice des ressources humaines en poste depuis 18 ans et dont on réussit à se passer de ses compétences pour quelques obscures raisons... ni d'un directeur général que l'on met précipitamment à la retraite. C'est peut-être, je dis bien peut-être légal, mais pas légitime du tout.

Si les fameux squelettes sortis du placard sont si horrifiants, c'est dans le cadre d'une assemblée générale de l'organisation qu'ils doivent être montrés. À ma connaissance, le conseil d'administration doit faire rapport de ses activités et de son bilan dans un rapport dûment colligé, pas devant les médias. Et tout cela, au nom de la transparence, de la démocratie et des valeurs qui ont animé et vont continuer d'animer l'administration de l'entreprise.

S'il y a des choses à changer, elles le seront de manière juste et équitable. Mais entre-temps, la lumière doit être faite sur la situation et je parle de la vraie lumière, celle de la démocratie et dans le cadre d'une assemblée générale. C'est mon humble opinion.

Jules Bergeron

Trois-Rivières

Partager

À lire aussi

  • Gouvernance de RCM: Jean-Guy Doucet préoccupé

    Actualités

    Gouvernance de RCM: Jean-Guy Doucet préoccupé

    Ancien président du Groupe RCM et administrateur de l'organisme pendant 25 ans, Jean-Guy Doucet s'inquiète de la gouvernance et demande aux... »

  • Qu'arrive-t-il au Groupe RCM?

    Opinions

    Qu'arrive-t-il au Groupe RCM?

    Le Groupe RCM est un centre de travail adapté, un organisme sans but lucratif qui est une fierté régionale depuis 34 ans. C'est aussi un organisme... »

  • Opinions

    Groupe RCM: la lumière doit-être faite

    À titre de membre du Groupe RCM et d'ex-administrateur de la corporation, la situation actuelle vécue par l'organisation me préoccupe au plus haut... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer