Tout à gagner d'un centre d'expertise en ingénierie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Je ne résiste pas aujourd'hui, à l'idée d'ajouter ma voix à celle du député Donald Martel, relativement à l'idée d'un Centre d'expertise en ingénierie, en lieu et place de la centrale nucléaire désaffectée de Gentilly-2, dans la ville de Bécancour. Ce Centre viserait l'intégration de plusieurs ingénieurs d'Hydro-Québec non encore relocalisés.

Je suis heureux de constater une lueur d'ouverture de la part des hauts dirigeants d'Hydro-Québec en ce sens, en soulignant les avantages d'une telle initiative, outre, bien sûr, la création d'emplois porteurs pour les ingénieurs excédentaires d'Hydro-Québec et l'émergence d'un centre de recherche avant-gardiste pour Bécancour et sa région.

Permettez-moi d'établir un lien avec la question de l'usage des énergies fossiles et leur incidence sur le réchauffement climatique. En ce sens, nous nous trouvons à l'aube d'un important virage qui devrait nous amener vers les énergies renouvelables. Ce virage, aussi souhaitable qu'incontournable, doit être géré de façon intelligente et planifiée. Or, il est reconnu que le transport sous toutes ses formes constitue un élément majeur dans l'usage des énergies traditionnelles non renouvelables en même temps qu'une cause importante des changements climatiques.

En termes simples, il nous faut notamment envisager le remplacement des moteurs à essence par des moteurs électriques. Il m'apparaît que les efforts en ce sens sont bien timides et que l'intérêt des consommateurs ne soit pas encore suffisamment aiguisé pour forcer l'industrie à s'adapter à de nouvelles tendances environnementales.

L'idée promue par Donald Martel m'apparaît ainsi fort porteuse. Nous disposons à Bécancour d'espaces industriels variés (incluant les espaces délaissés par l'abandon de la centrale), d'équipements de toutes natures et surtout, de cette main-d'oeuvre hautement spécialisée que constitue le groupe d'ingénieurs excédentaires.

À défaut de les utiliser pour fins de recherche et de développement dans le nucléaire, ils pourraient sans doute faire avancer le dossier des énergies nouvelles dans le transport... On a souvent fait allusion au moteur-roue, on a parlé de la super batterie... On a ici une superbe occasion, à coût à peu près nul, de provoquer des avancées dans le domaine.

J'ajouterai un autre élément de réflexion. Bécancour est le berceau d'un parc industriel de haut calibre, destiné à la grande entreprise. Nous sommes souvent confrontés aux multiples paramètres de l'acceptabilité sociale économique et environnementale et chaque nouveau projet génère sa part de questionnements. La présence d'un centre d'expertise en ingénierie contribuerait à équilibrer le bilan environnemental et ajouterait de la crédibilité pour les phases de développement à venir.

Tout compte fait, je crois sincèrement qu'un tel centre d'expertise ne peut que faire des gagnants, à tous les niveaux. Ainsi, j'exhorte à mon tour les dirigeants d'Hydro-Québec et du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles à y voir plus clair et plus loin dans cette avenue.

J'ai la profonde conviction qu'on a tout à y gagner...

Jean-Guy Dubois

maire de la Ville de Bécancour

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer