Le poids du Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Nous sommes plongés en pleine campagne électorale et tous les partis voudront notre vote. Les libéraux et le NPD s'insurgent contre la longueur de cette campagne bien que les deux chefs soient en campagne depuis plus d'un an déjà. Je ne crois donc pas qu'ils soient vraiment excités ou outrés par 78 jours de plus pour vendre leur salade.

Le bon Tom qu'on aime bien nous présenter comme Thomas, à la française, a d'ailleurs déjà commencé à placarder. C'est important d'avoir les meilleurs poteaux pour afficher, en espérant que cette fois, ses candidats n'en soient pas en majorité. On veut se débarrasser de Harper et tous les moyens seront bons pour y arriver.

On craint tellement la souveraineté qu'on commence déjà à dire que voter pour le Bloc québécois, c'est aider les conservateurs à garder le pouvoir, et pour faire peur aux gens, nous savons que les libéraux sont les champions. On prédit déjà également un gouvernement minoritaire, mais on ne sait s'il sera conservateur, libéral ou néodémocrate.

Qui sera l'arbitre, le joker de ce Parlement minoritaire?, nous demande le blogueur Stéphane Corbeil.

Je suis plutôt d'accord avec lui que ça pourrait être ce Québec, ignoré depuis quatre ans à Ottawa. Avec Gilles Duceppe aux commandes et le Bloc détenant la balance du pouvoir, le Québec pourrait enfin peser de tout son poids à Ottawa.

C'est à réfléchir, car nous savons pertinemment que les conservateurs nous ignorent, les libéraux nous bafouent et élire les néodémocrates, qui n'ont jamais défendu nos intérêts, serait, j'en suis convaincu, courir à la catastrophe.

Gaston Bouffard

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer