Ça frôle la démagogie

Andréa Richard...

Agrandir

Andréa Richard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Dans son article du 6 juillet, un prêtre de Trois-Rivières réagit aux propos récents d'Andréa Richard, cette ex-religieuse qui dénonce régulièrement et avec raison les abus des religions. Alain Gélinas reproche à la courageuse dame son enseignement de la prière du milieu du siècle dernier qui serait un paradoxe avec ses prises de position des dernières années. Autrement dit, il ne comprend pas ou n'accepte pas que Mme Richard ait changé d'idée au fil des décennies.

Faut-il rappeler à ce prêtre qu'à l'époque du chapelet, nous étions sous l'emprise du lavage de cerveau de la religion catholique? Heureusement, le peuple québécois, pour un, s'est scolarisé et s'est donné le droit à l'esprit critique ainsi qu'à la remise en question des valeurs (bonnes et fausses) qui avaient jusque-là été imposées par la toute puissance de l'Institution de Rome. Pourtant, passer des médailles du Sacré-Coeur et de la récitation pieuse à une compréhension différente de la spiritualité n'est pas un crime.

C'est plutôt, à mon avis, une évolution souhaitable et même normale et qui n'est pas en relation automatique avec l'athéisme De plus, le prêtre trifluvien qui prône «les chemins de croissance et de paix» semble accuser l'ex-religieuse de tous les péchés du monde. Mme Richard n'essaie pas d'écraser les gens et son discours n'est pas nourri par les mots que lui prête le pasteur (frustration, blessure, vengeance, idiotie, guerre). Dénoncer une forme d'esclavage de la femme ne veut pas dire «éliminer» les pratiquants de l'Islam.

Ce n'est pas non plus nécessaire d'être athée pour sortir les bondieuseries de nos vies. Le pasteur en question dit être «compatissant» devant le mal que Mme Richard et autres personnes ont subi de la part des gens d'Église. Mais «il ne sert à rien d'alimenter les frustrations qui poussent à la guerre», poursuit-il. Démagogue peut-être le monsieur? La frustration qui découle d'abus nombreux et parfois brutaux est quand même un peu légitime, surtout si l'on considère que malgré leurs actions positives et plusieurs belles valeurs, les religions constituent toujours le plus important lavage de cerveau de l'histoire de l'humanité.Je tire cette conclusion en soutien au courage de Mme Richard.

N'ayez crainte M. Gélinas, je n'ai pas pour autant l'intention de partir en guerre ou de détruire les gens qui ne pensent pas comme moi.

P.S. : À propos, l'égalité de la femme dans les religions, c'est pour bientôt?

Roger Matteau

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer