Une formule gagnante

Une oeuvre d'Ozias Leduc de l'église Notre-Dame-de-la-Présentation de... (Photo: Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Une oeuvre d'Ozias Leduc de l'église Notre-Dame-de-la-Présentation de Shawinigan.

Photo: Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Ozias Leduc dans les années 1942-1955 travaillait à la décoration de l'église Notre-Dame-de-la-Présentation de Shawinigan, secteur sud. De par sa formation artistique il était de tradition religieuse, mais il était également de la période du Refus global. Et dans cette orientation de contestations et de changements, il a été l'un des premiers à apporter un changement que l'on peut considérer comme radical dans la décoration des églises.

Si vous visitez cette belle église, vous constaterez qu'Ozias Leduc a fait l'intégration du profane avec le sacré dans ses tableaux illustrant le travail des gens de chez nous en continuité avec la dimension religieuse. Les tableaux du bûcheron, du semeur, du chargeur de meules et du couleur d'aluminium côtoient Melchisedek, Abraham, le père Buteux, l'Annonciation, la Sainte Famille, etc. Il fut un précurseur... et l'église Notre-Dame-de-la-Présentation est devenue un lieu historique national visité par des touristes de partout.

Aujourd'hui, avec le curé modérateur Jacques Casaubon qui, chaque été, invite des artistes de la région à venir participer aux messes dominicales, il contribue encore aujourd'hui à inclure le profane artistique avec la liturgie de la vie religieuse catholique. Quelle belle formule! Une formule gagnante.

Une belle église, un monument historique, un bon prêtre animateur, des bénévoles engagés, des artistes remplis de talent et généreux, des supporters. Chaque dimanche de la saison estivale, des artistes se joignent au célébrant en alternance entre la prière, les lectures bibliques, les réflexions et les chants, les pièces musicales. Les participants vivent de bons moments profanes et religieux et à certains moments chantent avec l'artiste et/ou réfléchissent au thème de méditation de la liturgie.

Au début de la cérémonie, l'atmosphère en est une de retrouvailles, de rencontres conviviales et de partages. À l'occasion, des applaudissements se produisent pour souligner une belle performance.

Pour ce premier dimanche, les personnes présentes ont pu apprécier les talents de Fabiola Toupin et du guitariste David Robert. Les pièces, le thème, le ton s'harmonisaient avec les lieux pour une belle extériorisation et de bons moments d'intériorisation. Comme par exemple, il fallait entendre l'Hallelujah de Cohen interprété par Fabiola Toupin et les voix de l'assistance pour porter la louange un peu plus haut et un peu plus loin. Vraiment une belle formule... Une formule gagnante! Les gens de partout sont invités à venir y vivre une expérience enrichissante.

André-Jean Bordeleau

secteur Shawinigan-Sud.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer