C'est trop!

Pierrot Fournier... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Pierrot Fournier

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Je chante depuis plus de 30 ans un répertoire de chansons françaises d'Europe. Je ne me suis donc jamais attendu à ce que l'on m'invite le 24 juin afin de chanter pour la Saint-Jean-Baptiste. Ce jour-là, j'ai toujours été en vacances!

Mais voilà qu'en 2012, j'ai créé un concert avec les chansons de Claude Léveillé. Je l'ai présenté en salles, à travers le Québec, et il a été applaudi partout très chaleureusement. Enfin, que je me suis dit, je vais pouvoir offrir un spectacle entièrement québécois pour les fêtes de la Saint-Jean. Comme j'habite la Mauricie depuis près de huit ans, j'ai envoyé mon offre de spectacle à la SSJB de ma région d'adoption, en espérant une réponse favorable ou, à tout le moins, un simple accusé de réception.

J'ai offert mes services en 2013, en 2014 et cette année encore. J'ai joint à cette offre une chanson que j'ai composée sur la langue française. Cette chanson, je l'ai écrite à la suite de la lecture d'un texte fort émouvant de Victor-Lévy Beaulieu qui portait lui aussi sur la langue. Malgré ces trois années successives où j'ai présenté mes services de chansonnier-interprète, jamais je n'ai eu l'honneur de recevoir ne serait-ce qu'une simple lettre me disant au moins: «Monsieur, nous avons bien reçu votre offre, mais nous n'avons pas besoin de vos services cette année. Merci d'avoir pensé à nous.»

Non! Je n'ai jamais rien reçu! Comme si, de fait, je n'avais jamais écrit! Toujours ce même silence, et pas le moindre signe d'intérêt pour l'oeuvre de Claude Léveillé.Force m'est de constater que Claude Léveillé, grand Québécois nationaliste, est déjà passé à l'oubli. Alors, que dire de moi? Et que dire de ceux qui, comme moi, ont consacré leur vie et leur passion à faire connaître les chansonniers d'ici, ceux qui ont profondément marqué tout un pan de notre histoire?

Mais notre histoire, la SSJB, tout comme les autres instances, semble s'en laver les mains.La culture québécoise est à la dérive et ceux qui l'ont défendue avec vigueur tombent rapidement dans l'oubli. La nouvelle génération ignore notre passé et nos anciens défenseurs culturels ne sont plus des héros, mais de simples noms évacués rapidement de la mémoire collective. C'est désastreux. Il me fallait le dire.

Pierrot Fournier

auteur-compositeur-interprète

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer