La sécurité des écoliers a un coût

Bien que la Commission scolaire de l'Énergie reconnaisse... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Bien que la Commission scolaire de l'Énergie reconnaisse que certaines routes sont dangereuses à utiliser par les enfants, il est de la responsabilité des parents de voir à leur sécurité, soit en les accompagnant eux-mêmes, soit en déboursant 220 $ par année par enfant pour le transport du matin et du soir.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Je savais qu'il y avait une distance minimale pour que le transport des enfants soit assuré par la Commission scolaire. Ce que je ne savais pas, c'est que plutôt que d'avoir droit à ce même transport lorsqu'on vit dans une zone dangereuse (comme c'est le cas dans d'autres commissions scolaires), chez nous il faut payer pour que notre enfant puisse prendre l'autobus!

Eh oui, bien que la Commission scolaire reconnaisse que certaines routes sont dangereuses à utiliser par les enfants, il est de la responsabilité des parents de voir à leur sécurité, soit en les accompagnant eux-mêmes, soit en déboursant 220 $ par année par enfant pour le transport du matin et du soir. Après le système de santé à deux vitesses, voilà un autre domaine où l'argent peut placer certains enfants en situation d'inégalité sociale.

C'est la règle de conduite adoptée par les commissaires. Pour la Commission scolaire de l'Énergie, les limites pour avoir accès au transport gratuit sont 300 mètres pour le préscolaire, 1000 mètres pour le premier cycle du primaire et 1600 mètres à partir du deuxième cycle du primaire. Et vous, quelle partie de votre budget devrez-vous amputer pour que vos enfants puissent aller à l'école en sécurité?

Judith Trudel

Proulxville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer