Aucun soutien

Yves Michaud... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Yves Michaud

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le 24 avril dernier, le Robin des banques, Yves Michaud, accordait une entrevue à l'animateur de radio Benoît Dutrizac au 98,5 FM. Les deux personnes ont déblatéré contre les énièmes fermetures des centres de services et guichets automatiques Desjardins partout en province, tout en prenant bien soin de préciser que seul le MÉDAC pouvait offrir des services pour empêcher ces fermetures sauvages. De plus, ils ont répété à quatre reprises le numéro de téléphone de l'organisme MÉDAC.

Selon le directeur général du MÉDAC (organisme fondé par M. Michaud pour défendre les petits épargnants des banques et entreprises cotées en bourse), l'organisme aurait enregistré dans cette seule journée du 24 avril plus de 50 nouvelles adhésions à la suite de cet entretien radiophonique contre Desjardins à plus de 90 %.

Je dénonce aujourd'hui cet abus de confiance et cette tromperie de monsieur Michaud et du MÉDAC qui n'offre absolument aucun soutien, aucune écoute aux membres des Caisses Desjardins dans leurs doléances contre le Mouvement Desjardins. Qu'on se le dise bien: le MÉDAC ne s'occupe pas du tout des sociétaires des Caisses Desjardins.

Il faut savoir que le Mouvement Desjardins subventionne le MÉDAC depuis plusieurs années! Vous imaginez les banques à charte subventionner le Robin des banques? Pas moi.

En 2007, j'ai personnellement demandé à monsieur Michaud en assemblée générale annuelle du MÉDAC d'être à l'écoute des sociétaires des Caisses Desjardins, lesquels étaient déjà abandonnés partout au Québec; je lui ai demandé de nous aider à ressusciter l'esprit de coopération en perdition depuis près de 20 ans à ce moment-là. Monsieur Michaud a alors demandé à nul autre que Claude Béland (ex-président du Mouvement Desjardins et administrateur au MÉDAC) de me répondre; celui-ci m'a poliment dit: «Ce n'est pas au MÉDAC qu'il faut vous adresser, mais aux assemblées générales annuelles de votre Caisse si vous voulez des changements.»

J'ai récidivé en 2013 ainsi que ce 25 avril 2015 en précisant au président du MÉDAC que Desjardins se finance de plus en plus par l'argent public des citoyens dont le gouvernement du Québec accorde une déduction fiscale de 45 % des montants investis dans cette douteuse «coopérative» financière, laquelle dévitalise sans aucun scrupule les régions et villages du Québec.

Alors que les fusions de mégascaisses Desjardins se poursuivent allègrement avec souvent moins de 10 % des membres en assemblée générale spéciale, les sociétaires continuent de se faire avoir par des élites dirigeantes en qui nous faisions confiance aveuglément. Quelle erreur! Je suis gêné d'avoir eu confiance en ces manipulateurs, intellectuellement malhonnêtes.

François Champoux

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer