Le minéral social

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Cinq mille personnes! Cinq mille personnes qui se mobilisent contre une injustice sociale. Ce chiffre fait rêver toutes personnes - et toutes coalitions - qui fantasment de voir une population s'unir pour dénoncer un fléau social. Mais quelle injustice requiert la mobilisation citoyenne de 5000 personnes? Nous parlons ici de la catastrophe qui concerne l'individualisme généralisé, la carence en supports psychologiques et financiers et le profond creux empathique à l'endroit des victimes de la pyrrhotite qui sont laissées seules à elles-mêmes. Seules devant des fissures, des crevasses, des déchirures... et je ne parle pas seulement des fondations de béton.

Les familles explosent, se désagrègent et s'écroulent littéralement devant le fardeau financier qu'engendre un tel désastre minéral - que dis-je - désastre social et humain. Le désastre est tel que ces familles sont prises en otage de leur propre maison. Des otages cristallisés dans un problème rigide, dur, rocailleux qui est caractérisé par une inertie d'action lente. Une lenteur rappelant celle du mouvement des plaques tectoniques. Le temps passe, les familles se décomposent et la pyrrhotite gagne du terrain.

Comment faire en sorte pour que l'aide aux victimes déboule enfin, formant cet amoncellement de soutien tant attendu? La pyrrhotite a une date d'expiration: le jour où les fondations vont céder, où les familles vont s'effriter, chanceler, se fendre en deux, il sera trop tard.

La solution: 5000 personnes! Cinq mille personnes qui se mobilisent contre cette injustice sociale. Et quelle chance, une marche fracassante se tiendra le 30 mai afin de sortir les gouvernements de la noirceur caverneuse de l'indifférence!

Noémie Allard-Gaudreau

Étudiante à la maîtrise en communication sociale

UQTR

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer