C'est beau la vie!

Jacques Tessier a subi deux greffes de foie.... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Jacques Tessier a subi deux greffes de foie.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Le tout a débuté par une belle journée de printemps en 2006. Alors que je revenais du travail, j'ai commencé à mal me sentir. Mon mal de coeur s'est vite transformé en séances de vomissements. Vers 23 h 30, j'ai décidé de me rendre à l'hôpital. Le diagnostic: varices oesophagiennes qui avaient éclaté.

Ce même jour, je fis la connaissance du Dr Nguyen qui par endoscopie sutura chacune des varices. Une semaine plus tard, je retournais travailler, mais je continuais à être suivi. Cette période fut plutôt calme, mais j'étais de plus en plus fatigué.

Été 2010. En l'espace de quelques jours, je devins très enflé. Mon foie était très atrophié et n'arrivait plus à éliminer les toxines. Je devais avoir des ponctions d'ascite à toutes les semaines. On venait d'emménager à Trois-Rivières et on voyageait toujours à Longueuil pour mes traitements. À l'été 2012, le Dr Nguyen voyant mon état se détériorer a dit qu'il y avait une solution et il me référa à l'hôpital Saint-Luc, au Dr Bilodeau, hépathologue responsable du programme de greffe du foie. De là, débuta une série de rencontres pour voir si j'étais admissible au programme.

Je fus placé sur la liste de Transplant Québec. L'attente débutait et j'ai eu un premier appel en octobre, mais hélas le foie n'était pas bon. À l'automne, mon médecin suggéra que mon dossier soit transféré à sa collègue de Trois-Rivières, le Dr Larouche. Durant cette période, il y a eu des ponctions d'ascite et des périodes fréquentes de confusion. Le printemps et l'été 2013 ont été horribles. J'étais pratiquement hospitalisé à toutes les semaines. On a voulu me faire signer un document à l'effet que je ne voulais pas qu'on me ranime en cas de problème. Il n'en était pas question, je voulais vivre.

Dans la première semaine de juillet, on reçoit un appel, mais cela ne fonctionne pas. Le 12 juillet, cette fois c'est la bonne. Le temps d'attente normal pour avoir un foie est d'environ 230 jours, dans mon cas il fut du double, imputable à mon groupe sanguin. Le 12 juillet, je reçus donc un nouveau foie, mais mon état a commencé à se détériorer et il s'avéra que la solution passait par un nouveau foie. Début août, on me mit sur la liste d'attente prioritaire et deux heures plus tard on avait un foie. On m'opéra le même soir. Le combat commençait.

J'ai passé trois mois aux soins intensifs, je ne devais y passer qu'une semaine. On m'a dit plus tard qu'en trois occasions, on avait failli me perdre, mais je me suis accroché encore et encore.

À la mi-octobre, on m'a transféré au 6e étage afin de récupérer. J'y demeurerai jusqu'au 27 décembre. J'ai réappris à manger. J'ai dû réapprendre à parler à la suite de la trachéotomie. J'ai dû aussi réapprendre à marcher car j'avais perdu beaucoup de poids et j'étais très faible. On m'avait dit qu'il faudrait un an de réhabilitation. Je croyais faire mieux, mais cela m'a pris un an et 2015 est et sera une excellente année.

Je suis très touché par la générosité des gens que j'ai côtoyés. Le combat que j'ai mené n'était pas une option. Tous mes soignants ont embarqué dans mon combat. Je me voyais repartir de l'hôpital avec mon meilleur supporter, mon épouse Carmen.

Aujourd'hui je vais mieux, mais c'est surtout grâce à un donneur si j'ai pu être greffé. Je remercie aussi sa famille qui ne s'est pas opposée. Il est important de signer votre carte pour le don d'organe, mais il est aussi important d'en aviser votre famille. Près du tiers des dons sont refusés par la famille. Pour moi, un donneur c'est un héros.

Il y a encore beaucoup de travail à faire. Il y a présentement 1073 personnes en attente. Chaque année, il y a une quarantaine de décès. Il faudrait avoir plus de donneurs potentiels.

Chaque jour, je remercie mon donneur, car c'est grâce à lui que je peux dire: c'est beau la vie.

Jacques Tessier

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer