Cessons d'évoquer des scénarios catastrophes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre à l'exécutif du Mouvement citoyen stéphanois en réaction à leur commentaire «Respectez les ententes, respectez-nous», publiée lundi.

Monsieur Plourde,

Dans votre lettre, vous mentionnez que l'exécutif du Mouvement citoyen stéphanois de Saint-Étienne-des-Grès s'interroge sur le sens des responsabilités de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie quant à la manière de gérer le site d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès.

Permettez-moi de faire une mise en contexte en rappelant que le lieu d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès existe depuis les années 70 et que la Municipalité de Saint-Étienne-des-Grès avait autorisé l'exploitation du lieu d'enfouissement sur son territoire bien avant la création de la Régie. Dans les années 90, la Ville de Trois-Rivières et les MRC de l'époque (MRC Centre-de-la-Mauricie, de Francheville, de Maskinongé et de Mékinac) se sont regroupées et ont créé la Régie. Cette force du regroupement aura permis d'exproprier l'entreprise propriétaire du lieu d'enfouissement. La Régie est donc propriétaire et gère ce lieu d'enfouissement depuis 1995.

Dans sa gestion, la Régie s'adapte au contexte et aux normes environnementales qui évoluent. Au cours des dernières années, le lieu d'enfouissement est devenu un véritable lieu d'enfouissement technique répondant aux normes environnementales actuelles.

Maintenant, dans un contexte où le Québec doit réduire ses déchets et où le gouvernement a annoncé son intention d'interdire, dans quelques années, l'enfouissement des matières organiques dans un site comme celui de Saint-Étienne-des-Grès, la Régie remet en question le nombre de cellules d'enfouissement qu'il sera nécessaire d'aménager.

En avril 2014, la Régie a déposé au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques un projet visant à modifier l'aménagement de la zone d'enfouissement. L'élément majeur de ce projet consiste en un changement de la géométrie du site pour diminuer la surface au sol utilisée, tout en maintenant la hauteur maximale autorisée. La Régie souhaite que le projet de modifier la géométrie de la zone d'enfouissement puisse être analysé par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques en fonction de la réglementation actuelle.

Vous vous étonnez que la Régie passe par les MRC pour faire cheminer le projet de modification de la géométrie du lieu d'enfouissement. Nous considérons plutôt qu'il est dans l'ordre des choses que la Régie demande à ses membres, la Ville de Shawinigan, de Trois-Rivières ainsi que les MRC des Chenaux, de Maskinongé et de Mékinac, de se prononcer sur ce projet.

Ce projet ne soulevant pas d'enjeux environnementaux nouveaux, nous demandons qu'il puisse être analysé par les instances concernées, soit les analystes du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques. Nous demandons également que ce projet puisse cheminer dans des délais normaux. Les questions que vous soulevez en lien avec les impacts environnementaux méritent une réponse dans le cadre de l'analyse que le Ministère fera de ce projet.

Quant à notre empressement, nous vous informons que ce projet est à l'ordre du jour du conseil d'administration de la Régie depuis l'automne 2012 et nous vous précisons que son analyse par le Ministère est en attente depuis bientôt un an.

Laissons le Ministère analyser la demande de modification de la zone d'enfouissement en fonction des normes actuelles et cessons d'évoquer des scénarios catastrophes.

René Goyette, président de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer