Le projet de loi 10 ne vise aucune fermeture d'établissement de santé

Marc H. Plante... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc H. Plante

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Suite à la manifestation du 1er avril, j'aimerais prendre quelques instants pour rétablir les faits sur les effets attendus du projet de loi 10: Loi modifiant l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l'abolition des Agences régionales.

Plusieurs points ont été soulevés tels que la proximité de notre établissement (hôpital-urgence) avec Trois-Rivières et la survie de notre urgence ainsi que des points de service de Saint-Paulin et de Saint-Alexis-des-Monts. En aucun cas le projet de loi no 10 ne vise quelque fermeture d'établissement de santé que ce soit. Ni ceux visés par la lettre, ni aucun autre sur tout le territoire du Québec. L'objectif central de la réforme est d'assurer une fois pour toute la fluidité des parcours de soins. Pour y parvenir, il faut pouvoir intégrer les réseaux locaux de service à l'échelle régionale, et il faut pouvoir confier à une administration unifiée la coordination de l'offre de services pour l'ensemble des missions. L'intérêt du patient n'est jamais bien servi par l'étanchéité des silos.

En ce qui a trait aux CHSLD, notre gouvernement s'assure que ces institutions répondent aux besoins des citoyens, en complémentarité avec les autres soins offerts aux personnes en perte d'autonomie. En effet, en réponse à une demande importante émanant de la population, des services de soins à domicile ont été mis en place afin que ceux qui le souhaitent puissent demeurer chez eux le plus longtemps possible. Nous avons donc posé les bons gestes, non pas pour faire des économies, mais bien pour répondre aux aspirations d'une part grandissante de la population québécoise.

Le projet de loi no 10 vise à ce que tous les Québécois aient un meilleur accès aux soins, et ce, dans toutes les régions du Québec. Je tiens à préciser qu'il implique par ailleurs une obligation de résultat. Les services continueront d'être répartis en fonction des besoins propres à chaque communauté, dans un souci constant que les soins dispensés le soient dans un cadre adapté et sécuritaire. L'allocation des budgets aux nouveaux CISSS et CIUSSS respectera ce principe fondamental.

Par rapport aux pouvoirs du ministre, le projet de loi no 10 prévoit que ce dernier continue de jouer son rôle de «donneur d'ouvrage» et d'initiateur des orientations ministérielles, et que les CISSS en assurent la mise en oeuvre. Puisqu'il est imputable, il est essentiel que le ministre détienne les leviers nécessaires pour assumer son rôle et s'assurer que les orientations soient respectées.

Soyez certains que les services offerts au CSSS de Maskinongé et aux points de service de Saint-Paulin et de Saint-Alexis-des-Monts seront préservés pour le bien de la population.

Marc H. Plante

Député de Maskinongé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer