À nous d'y voir

Le français est toujours la cinquième langue la...

Agrandir

Le français est toujours la cinquième langue la plus parlée au monde avec 274 millions de locuteurs, dont 212 millions qui l'utilisent quotidiennement.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Roger Kemp, est président du conseil d'administration de la SSJB Mauricie.

Au Canada, le français et l'anglais sont les deux langues officielles, la langue commune est l'anglais. L'utilisation du français reste, sauf exceptions, confinée à la sphère privée, sauf au Québec.

Au Québec, c'est environ 80 % de la population qui parle français. L'anglais représente 8 % de la population, répartie inégalement sur le territoire, mais principalement regroupée dans la grande région de Montréal. Il y a enfin les langues des allophones qui représentent 12 % de la population. Leur nombre est appelé à croître sachant que 45 000 nouveaux immigrants arrivent chaque année et que 60 % d'entre eux choisissent l'anglicisation.

Ce pluralisme linguistique conduit inévitablement à l'utilisation d'une langue commune. Si vous mettez deux locuteurs de langue différente, face à face, ici au Québec, ceux-ci vont généralement choisir l'anglais pour communiquer entre eux. Aussi, il importe de consolider l'usage du français et d'imposer le français comme la langue commune partout au Québec.

Une grande enquête réalisée pour le compte de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), estime que le nombre de francophones a progressé de 7 % depuis la dernière édition en 2010, ce qui ferait 13 millions de locuteurs en plus. Le français est toujours la cinquième langue la plus parlée au monde avec 274 millions de locuteurs, dont 212 millions qui l'utilisent quotidiennement. L'étude dirigée par Alexandre Wolff nous apprend aussi que le français est la quatrième langue sur Internet, la troisième des affaires et la deuxième en ce qui concerne l'information internationale dans les médias.

En 2014, un jugement du juge Salvatore Mascia concernant l'affichage en anglais par 24 commerçants anglophones montréalais, a confirmé l'affichage en français. Le juge Mascia, dans son jugement, a répondu: «La langue française est encore trop fragile pour se développer sans l'aide du gouvernement québécois».

En juin 2012, des études sérieuses de l'OQLF démontraient que la place du français à Montréal se détériore rapidement. Dans les commerces du centre-ville, l'accueil en français de la clientèle ne se fait que dans 74 % des commerces comparativement à 89 % en 2010, une baisse de 15 % en deux ans seulement. L'accueil uniquement en anglais qui, en 2010, était fait dans seulement 1 % des commerces est rendu à 13 % deux ans plus tard. Mais le plus inquiétant, c'est que seulement 57 % des francophones ayant été abordés en anglais ont demandé à être servis en français.

Avec la Loi 101, le français langue d'enseignement au primaire et au secondaire s'est imposé de lui-même. Questionnons-nous sur la place de l'anglais au cégep et à l'université. Si on applique la Loi 101 au cégep devra-t-on l'appliquer aussi à l'université? Depuis son adoption en 1977, la Loi 101 a été amendée 179 fois, laissant ainsi une place grandissante à l'anglais. Une étude approfondie sur le financement des universités mentionne un fait important: «Au Québec, les étudiants anglophones du postsecondaire ne représentent que 8,4 % de la population, et pourtant, ce sont près de 30 % des fonds publics destinés aux études supérieures qui leur sont alloués». Il y a là un déséquilibre fiscal très net.

Selon notre enquête, nos écoles secondaires diffusent à leur radio étudiante de la musique à 95 % en anglais. Il faut convaincre les directions d'écoles de s'assurer que la diffusion à la radio étudiante se fasse uniquement en français ou reflète les pourcentages démographiques du Québec. Différentes actions sont à faire dans notre quotidien, à la maison, dans les commerces, à l'école, etc. La survie de notre langue réside dans notre capacité à la faire respecter. C'est à chacun de nous d'y voir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer